LISEZ CET ARTICLE sur AL QUAIDA AUX MAGHREB ALGERIE

Faites nous juste l'économie des longs débats

LISEZ CET ARTICLE sur AL QUAIDA AUX MAGHREB ALGERIE

Messagepar biman » 19 Oct 2007, 15:05

L’ALGERIE OU LE TERRORISME OPPORTUNISTE


Le retour de la terreur en Algérie prouve à quel point le terrorisme islamique peut se montrer
opportuniste et comment il entend exploiter les faiblesses –réelles ou supposées –des
« régimes impies » qu’il combat. Car si les attentats spectaculaires sont revenus sur
le devant de la scène, c’est certainement autant en fonction d’un agenda interne
et purement national que pour s’inscrire dans une stratégie globale.
Sur cette stratégie globale, nous n’insisterons pas. On a assez souligné, ici, le fait que
l’installation d’une troisième zone de Djihad – après l’Afghanistan et l’Irak –surtout si près
de l’Europe (et donc apte à menacer directement celle-ci) représentait un intérêt pour la
mouvance al-Qaïda.
Mais l’Algérie n’a pas été choisie au hasard et «al-Qaïda dans les Etats islamiques du
Maghreb » porte bien mal son nom et devrait plutôt s’appeler al-Qaïda en Algérie, car c’est
bien ce pays qui, aujourd’hui, est le maillon faible sécuritaire duMaghreb.
Certes, demain, des bombes peuvent exploser au Maroc ou en Tunisie mais elles ne
changeront rien à la réalité : même si le malaise islamiste et l’influence djihadiste ont
augmenté dans ces deux pays, l’un, le Maroc, est engagé dans des réformes démocratiques et
économiques qui modifient profondément son apparence, et l’autre, la Tunisie, réussit son
pari économique de développement tout en contrôlant aussi parfaitement que possible la
sphère sécuritaire. Quant à la Mauritanie et à la Libye, ce n’est pas leur faire insulte que
d’estimer que leur déstabilisation serait de peu d’influence sur la région tant leur position est
marginale, en termes de populations comme en termes politiques et même économiques. Il
en va tout autrement de l’Algérie, énorme exportateur de gaz et de pétrole et peuplé de 32
millions d’habitants.
Las, l’Algérie de 2007 ressemble fort à celle du début des années quatre-vingtdix
: bloquée dans une crise sociale sans fin –paradoxe indéfendable : étant l’un des pays les
plus riches d’Afrique, l’Algérie laisse aujourd’hui sa population survivre dans des conditions
lamentables –et a une très large tendance à rejeter toutes les fautes sur le passé colonial qui
l’aurait empêchée de se développer. Si l’on considère que le pays est indépendant depuis plus
de 45 ans et que l’immense majorité de ses citoyens n’a jamais connu cette période maudite,
il y aurait de quoi sourire si la situation n’était pas tragique.
Le pire, certainement –et le plus prometteur pour les islamistes –est que le
pouvoir est en situation de vacances de fait. Ce n’est pas dévoiler un secret
d’Etat que de dire que la santé du président Bouteflika laisse gravement à
désirer, ce qui explique ses nombreuses absences, dans toutes les acceptions de
ce terme. Le Calife, pardon, le Président règne, certes, mais, de fait, il ne
gouverne plus. Ou peu. Le pouvoir étant structuré comme il l’est à Alger, les clans qui
entourent la présidence –la haute hiérarchie militaire, le FLN, le lobby technico-pétrolier
pour n’en citer que trois, mais l’on pourrait aussi évoquer les «pro-Français », les « pro-
Américains » et même, maintenant, les « pro-Russes », regroupés autour du ministre de
l’Intérieur, M. Yazid Zerhouni, grand admirateur de Vladimir Poutine et de son modèle d’Etat
fort - se déchirent depuis des mois pour lui trouver un éventuel successeur. En vain.
Les mêmes, sentant le terrain se dérober sous leurs pieds, ont tendance à concentrer
beaucoup d’énergie sur la recherche ou l’entretien de basesarrières –le plus souvent, dans le
seizième arrondissement de Paris… - qui pourraient se révéler vitales pour leur survie si les
choses tournaient vraiment mal. Il en résulte qu’une énergie considérable est perdue dans
des négociations de faction et des arrangements d’arrière boutique.On remarquera encore
que la mouvance islamiste a tellement bien compris que le président Bouteflika
était peut-être, aujourd’hui, la dernière clé de voute d’un système fragilisé que,
le 6 septembre dernier, elle n’a pas hésité à essayer de s’en prendre au Président
lui-même lors d’un attentat qui a tourné au carnage (une vingtaine de morts et 107 blessés)
à Batna. Le calcul est clair : « tentons de hâter la venue du moment historique qui verra le
régime totalement déstabilisé et plus fragilisé que jamais ».
Pendant ce temps, le pays n’est pas ou peu gouverné. En témoigne entre autres
le fait qu’aucun successeur n’a été nommé pour remplacer feu le général Smaïn
Lamari, décédé le 27 août, et qui, en sa qualité de numéro deux du Département
de la Sécurité et du Renseignement (DRS), occupait une place centrale dans la
lutte contre le terrorisme.
La nature a horreur du vide. Et la mouvance islamiste a fort bien compris qu’en
concentrant son énergie pour frapper maintenant, à coups si possible
redoublés, elle pouvait profiter de ce moment historique voire amplifier la
crise. Que se passerait-il, par exemple, si demain, des expatriés, de préférence
français, étaient enlevés et assassinés devant les caméras, à la mode irakienne ?
Chacun connaît la réponse à cette question.
Or, étant donné son importance propre et son poids énergétique, si l’Algérie bascule dans
une nouvelle crise telle que celle qui l’a ensanglantée dans les années quatrevingt-
dix, c’est tout le Maghreb qui tremblera et l’Europe en subira, durement,
le contrecoup. Pour cette raison, au moins, il faut, aujourd’hui, aider Alger –
comme il faut conforter Rabat et Tunis - à dépasser ce cap dangereux et
retrouver la stabilitémenacée. Il importe donc de garder son calme, de rester en
Algérie, bien entendu, mais aussi de faire comprendre à ceux qui sont au
pouvoir à Alger que c’est à eux de reprendre l’initiative.
Pas seulement par la répression, indispensable au demeurant, mais également
par des réformes intelligentes et nécessaires. Celles que le pays attend depuis
plus de vingt ans.
©
biman
 
Messages: 402
Inscription: 25 Aoû 2006, 14:29
Localisation: quelque part planete

Retourner vers Politique et Economie



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités