Pourquoi Mohammed Boudiaf a-t-il été assassiné?

Faites nous juste l'économie des longs débats

Pourquoi Mohammed Boudiaf a-t-il été assassiné?

Messagepar minoucha » 12 Jan 2006, 14:25

Abattu à Annaba le 29 juin 1992, alors qu'il prononçait un discours, Mohammed Boudiaf n'acheva pas de délivrer son message. Les commanditaires du crime ont ainsi empêché ce vétéran d'accomplir sa dernière mission, dont l'objectif était l'élimination des "mafias", la neutralisation des intégristes, la démocratisation du "système" et la sauvegarde de l'Algérie. Bien que la commission d'enquête officielle ait conclu que "le président Boudiaf fut victime d'un complot politique", le tribunal optera pour "l'acte isolé". A qui aura profité l'assassinat?


L’espoir assassiné


Il y a dix ans, le 29 juin 1992, le président Boudiaf était assassiné par un membre de sa garde personnelle.

" Les autres pays nous ont devancés par la science et la technologie. L’islam... ", Mohamed Boudiaf n’a pas le temps de terminer sa phrase quand il s’écroule sous les balles tirées dans son dos par le sous-lieutenant Lembarek Boumarafi, membre de la garde présidentielle. Ça s’est passé le 29 juin 1992 à la maison de la culture d’Annaba, centre industriel de l’Est algérien, pendant son discours devant un millier de cadres et de personnalités de cette région. Mohamed Boudiaf venait de livrer son dernier combat.

Son histoire, son parcours est celui de nombreux dirigeants du FLN (Front de libération nationale). Né le 23 juin 1919, Mohamed Boudiaf est l’un des fondateurs du FLN, qui déclenchera le 1er novembre 1954 la guerre d’indépendance algérienne. Pour d’autres, c’est le père de la révolution algérienne. Arrêté, à la suite de l’arraisonnement de l’avion de Royal Air Maroc par l’aviation française au-dessus d’Alger, en même temps que Ahmed Ben Bella, Aït Ahmed et de trois autres dirigeants du FLN, il est interné en France jusqu’à l’indépendance de l’Algérie.

En 1962, après la victoire contre les colonisateurs, celui qui détenait la carte du FLN portant le numéro un est le premier à le quitter, estimant alors que " le FLN a terminé sa mission historique " et qu’il fallait que l’Algérie s’ouvre au multipartisme. S’opposant à ses anciens compagnons, notamment Ben Bella, qui ont transformé le FLN, qui était alors un front regroupant diverses sensibilités politiques, y compris communiste, en parti unique, Boudiaf crée en septembre 1962, deux mois après l’accession de l’Algérie à l’indépendance, le PRS (Parti de la révolution socialiste). Mal lui en prit, le PRS n’est pas reconnu et Boudiaf est arrêté en juin 1963, pour n’être libéré qu’en novembre de la même année. C’est à cette date qu’il quitte l’Algérie pour un exil qui va durer vingt-huit ans. Son nom ne figure d’ailleurs dans aucun manuel d’histoire algérien. Et c’est pratiquement un homme inconnu des jeunes générations - plus de 50 % de la population algérienne a moins de 25 ans - qui retourne en Algérie le 16 janvier 1992.

En effet, le 26 décembre, le FIS (Front islamique du salut) remporte les élections législatives. Avec 3,2 millions de voix, soit 24,3 % des inscrits et 46,27 % des suffrages exprimés, il enlève 188 sièges sur les 430 à pourvoir. Le taux d’abstention atteint 41 %, soit 5,4 millions d’électeurs, sur un total de 13,2 millions. Le programme du FIS était simple : instaurer un État islamique gouverné par la charia. Un État, déclarait alors Rabah Kébir, qui s’inspirerait des modèles saoudien, iranien et soudanais. Mais, sous la pression d’une partie de la population, l’armée intervient, fait démissionner le chef de l’État, Chadli Bendjedid, et annule les élections législatives. Une présidence collégiale, le HCE (Haut Comité d’État), présidé par Mohamed Boudiaf, de retour d’exil, dirige l’Algérie.

" La mosquée appartient à Dieu et la patrie à tous ", déclare d’emblée le nouveau chef de l’État. Une phrase qui résume le projet de société qu’il veut mettre en place, fondé sur la séparation du religieux et du politique. Sur un ton sec et direct, dans une langue à la portée de tous, alors que ses prédécesseurs parlaient un arabe classique incompris par une majorité d’Algériens, il séduit le petit peuple, qui commence à reprendre espoir.

Boudiaf sait que le combat contre l’islamisme ne se mène pas sur le seul terrain sécuritaire, mais surtout sur le terrain politique. D’abord couper l’herbe sous les pieds des islamistes en s’attaquant à la corruption qui gangrène l’État. Ensuite mettre en place des institutions transitoires devant préparer l’avenir et, enfin, relancer l’économie. En six mois, il réussit à renverser la situation. Non seulement les islamistes sont isolés, mais des clans du pouvoir et une partie de la classe politique effrayés par la politique qu’il comptait mettre en ouvre, servi par une aura que n’a eue aucun de ses prédécesseurs au pouvoir, se liguent contre lui.

Le 29 juin, la nouvelle de son assassinat plonge l’Algérie dans la consternation. Seul à s’en réjouir bruyamment, le FIS, qui, dans un communiqué daté du 30 juin 1992, " annonce la bonne nouvelle au peuple algérien quant à l’inévitabilité de voir concrétiser son espoir d’instaurer l’État islamique ". La commission d’enquête instituée par le pouvoir pour faire " toute la lumière " sur cet assassinat écarte la thèse de " l’action isolée " d’un officier de l’armée ayant agi pour des motifs strictement religieux, et relève " des négligences ", des " carences ", " un laisser-aller " parmi les services chargés de la sécurité de Boudiaf et conclut à " la passivité complice du GIS " (Groupement d’intervention de sécurité). Si cette commission d’enquête n’a pas levé toutes les zones d’ombre pesant sur cette affaire, elle suggère entre les lignes de son rapport d’enquête que l’assassinat du défunt président a dû être commandité par ceux qu’on désigne en Algérie du terme de " maffia politico-financière ". Mohamed Boudiaf, en effet, allait ouvrir les dossiers de la corruption, dossiers qui ont sans doute effrayé beaucoup de gens au sein et en dehors du pouvoir.

Pour les Algériens, Boudiaf aurait pu sauver le pays. " C’était le père de la révolution et notre père à tous ", me disait alors une jeune femme en pleurs, à Annaba, le jour de son assassinat, résumant un sentiment largement partagé par de nombreux Algériens.
Avatar de l’utilisateur
minoucha
 
Messages: 1634
Inscription: 07 Déc 2005, 05:22
Localisation: londres

Messagepar 07/02 » 12 Jan 2006, 14:35

Je crains que ça restera, comme pour Boumediene, Kennedy… et autres grands hommes de l'histoire, un assassinat avec la marionnette qui a appuyé sur la gâchette mais sans les vrais coupables ! Malheureusement, on ne connaîtra jamais l'Algérie comme l’aurait voulu Boudiaf (Rahimahou Allah) Un grand homme que Dieu le garde près de Lui.
07/02
 
Messages: 616
Inscription: 06 Jan 2006, 08:40
Localisation: Alger

Messagepar minoucha » 12 Jan 2006, 14:37

RAHIMAHOU ALLAH

UN HOMME UN VRAI MOHAMED BOUDIAF!
Avatar de l’utilisateur
minoucha
 
Messages: 1634
Inscription: 07 Déc 2005, 05:22
Localisation: londres

Messagepar bourourou » 12 Jan 2006, 14:40

J'ai toujours respecter ce Grand Homme, car il fut parmis les rares ,( tres rares) vrais dirigent qu'a connu notre pays ; sans oublier aussi un ami a lui qui nous a quitter le jour meme de son enterement feu "slimane Aamirat"
ellah yerham echouhada
bourourou
 
Messages: 632
Inscription: 11 Juil 2005, 14:39
Localisation: ici

Messagepar silent » 12 Jan 2006, 14:40

Pkoi boumedienne a étais assassiné ?????
Avatar de l’utilisateur
silent
Administrateur
 
Messages: 1363
Inscription: 27 Avr 2005, 20:07
Localisation: Blida

Messagepar bourourou » 12 Jan 2006, 14:54

silent a écrit:Pkoi boumedienne a étais assassiné ?????


d'aprés 07/02 oui !! :shock:
bourourou
 
Messages: 632
Inscription: 11 Juil 2005, 14:39
Localisation: ici

Messagepar silent » 12 Jan 2006, 14:55

bourourou a écrit:
silent a écrit:Pkoi boumedienne a étais assassiné ?????


d'aprés 07/02 oui !! :shock:



Wow nous aurais ton menti
Avatar de l’utilisateur
silent
Administrateur
 
Messages: 1363
Inscription: 27 Avr 2005, 20:07
Localisation: Blida

Messagepar 07/02 » 12 Jan 2006, 15:04

Il est mort un mois avant ma naissance mais d'après les rumeurs de l'époques, il fut empoisonné. Jusqu'à présent, personne ne sait de quoi il est mort, mais pour ce qui est des raisons de son assassinat si il le fut (Allah A3llam) je n'en connais pas les raisons, mais je peux supposer qu'il devait déranger certains, comme tous les grands hommes assassinés.
07/02
 
Messages: 616
Inscription: 06 Jan 2006, 08:40
Localisation: Alger

Messagepar minoucha » 12 Jan 2006, 15:09

HOUARI BOUMEDIENE EST DECEDAIT LE le 27 décembre 1978.

DONC TU ES NE LE 27 JANVIER 1979?

JE T IMAGINE PLUS VIEUX KE MOI :wink:
Avatar de l’utilisateur
minoucha
 
Messages: 1634
Inscription: 07 Déc 2005, 05:22
Localisation: londres

Messagepar 07/02 » 12 Jan 2006, 15:42

Ah bon !! Pourtant, j'ai encore 26 ans mais plus pour longtemps ça doit être ma sagesse qui t'as fais pensé que j'étais plus agé :grin: mais pour ma date de naissance t'y es presque :wink:
Quant à toi, je sais que ça ne se fait pas de demander à une dame son âge même si je ne vois pas ce que ça pourrait changer :shock: Mais je pense que tu as moins de 30 ans !
Dernière édition par 07/02 le 12 Jan 2006, 15:44, édité 1 fois.
07/02
 
Messages: 616
Inscription: 06 Jan 2006, 08:40
Localisation: Alger

Messagepar minoucha » 12 Jan 2006, 15:43

29ANS LE 21 OCT 2006

ET TOI ?
Avatar de l’utilisateur
minoucha
 
Messages: 1634
Inscription: 07 Déc 2005, 05:22
Localisation: londres

Messagepar 07/02 » 12 Jan 2006, 15:47

27 ans le 26 JAN
07/02
 
Messages: 616
Inscription: 06 Jan 2006, 08:40
Localisation: Alger

Messagepar minoucha » 12 Jan 2006, 15:52

ALLAH YABAREK!
Avatar de l’utilisateur
minoucha
 
Messages: 1634
Inscription: 07 Déc 2005, 05:22
Localisation: londres

Messagepar 07/02 » 12 Jan 2006, 15:53

ALLAH YESELMEK
07/02
 
Messages: 616
Inscription: 06 Jan 2006, 08:40
Localisation: Alger

Messagepar bourourou » 12 Jan 2006, 16:09

Mohamed Boudiaf laisse le souvenir d'un homme politique intègre victime de l'appareil d'État.
bourourou
 
Messages: 632
Inscription: 11 Juil 2005, 14:39
Localisation: ici

Suivante

Retourner vers Politique et Economie



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités