Mimétisme

Spiritualité et méditation dans le respect et la tolérance

Mimétisme

Messagepar Jack Burton » 23 Avr 2008, 15:08

Voilà, un sujet à discuté ou à ignorer :
Le désir mimétique :

La mimesis est déjà mentionnée par Aristote, « L'homme diffère des autres animaux en ce qu'il soit le plus apte à l'imitation », [2]. D'autre part, chez Freud, le propre de l'Homme est le désir qui est au centre de toutes les structurations et déstructurations psychiques. René Girard, en rassemblant les deux termes, a développé le concept de désir mimétique qui est l'interférence immédiate du désir imitateur et du désir imité. En d’autres termes, ce que le désir imite est le désir de l’autre, le désir lui-même. L’autre désigne le désirable en le désirant lui-même. Il s'agit d'un dispositif qui fait sortir la rivalité du mimétisme et se renforcer le mimétisme sous l'effet de la rivalité avec cette implacable logique dite « circulaire » de la rétroaction positive amplificatrice en « runaway », c'est-à-dire en emballement et épuisement des protagonistes.

René Girard enseignait encore à l'Université Johns Hopkins à Baltimore, MD, où Anthony Wilden produisait avec Jacques Lacan Speech and Language in Psychoanalysis en 1968, par et à travers lequel le premier traduisait, critiquait et introduisait le second dans le monde anglophone. Michel Serres allait commencer en 1969 sa série Hermès avec La communication.

L'exemple illustratif, donné par René Girard, d'enfants qui se disputent des jouets semblables en quantité suffisante, conduit à reconnaître que le désir mimétique est sans sujet et sans objet, puisqu'il est toujours imitation d'un autre désir et que c'est la convergence des désirs qui définit l'objet du désir et qui déclenche des rivalités où les modèles se transforment en obstacles et les obstacles en modèles.

Depuis plus d'un quart de siècle, René Girard renouvelle l'anthropologie et ses ramifications dans la psychologie et l'économique - selon une logique qui réorganise tous nos savoirs - à partir d'une idée forte, claire et unitaire, suivant la règle d'Occam de l'économie du savoir, qui est la suivante: l'Homme est un animal mimétique. Aristote, après Platon, avait placé l'imitation au cœur de la culture, car il n'y a pas d'apprentissage sans imitation. René Girard, inspiré par la littérature et la mythologie, formation littéraire et diplôme d'archiviste paléographe obligent, révèle la dimension conflictuelle de l'imitation et son rapport avec la violence[3].

« L'homme désire toujours selon le désir de l'Autre » est le postulat du désir mimétique, dans un conflit tragico-comique dont les protagonistes deviennent interchangeables et transformés en « doubles » symétriques « en miroir » dans une relation duale de la rivalité mimétique qui conduit à la violence mimétique.

Sur la scène collective, la violence mimétique suscite la victime émissaire, bientôt transformée en dieu parce que son sacrifice a ramené la paix sociale. La violence et le sacré (1972) démonte ce dispositif qui expulse la violence en engendrant le sacré.

Sur le plan individuel, les hommes se haïssent parce qu'ils s'imitent. Le mimétisme engendre la rivalité, mais en retour la rivalité renforce le mimétisme. Les protagonistes d'un tel conflit tragique ou comique ne voient pas qu'ils sont interchangeables, symétriques, des « doubles », mais l'observateur extérieur le voit : il y a double logique, celle du désir et celle de l'imitation. L'erreur tragique du désir ne relève pas de l'inconscient, mais d'une incompatibilité entre sa propre logique - le projet différentiel - et la logique à laquelle il est soumis qui est celle du mimétisme et qui va dans le sens d'une croissante indifférenciation. En d'autres termes, faire de l'Autre un modèle, c'est faire de lui un rival. Cette « incompatibilité » - entre la logique du désir dans son projet différentiel et la logique du mimétisme qui conduit à l'indifférenciation - rejoint l'expression anglo-américaine de double bind dans les paradoxes et double contrainte ou mieux « injonctions paradoxales », pierre angulaire de la théorie batesonienne de la schizophrénie.

La notion de désir mimétique devient pleinement intelligible avec le "modèle" du désir qui devient "obstacle" dans la réalisation de ce désir, comme dans l'exemple illustratif donné par Girard des enfants qui se disputent pour des jouets identiques en nombre plus que suffisant. C'est le phénomène fondamental du modèle-obstacle.

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9sir_mim%C3%A9tique
Avatar de l’utilisateur
Jack Burton
Super Moderateur
 
Messages: 3277
Inscription: 12 Nov 2006, 14:19
Localisation: 3nd el Kahwaji !

Re: Mimétisme

Messagepar Cell » 29 Avr 2008, 03:27

Merci.
Cell
 
Messages: 5237
Inscription: 28 Aoû 2006, 15:44

Re: Mimétisme

Messagepar Jack Burton » 01 Mai 2008, 16:46

De rien.
Avatar de l’utilisateur
Jack Burton
Super Moderateur
 
Messages: 3277
Inscription: 12 Nov 2006, 14:19
Localisation: 3nd el Kahwaji !


Retourner vers Religions, Idéologies et Philosophie



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron