Les tueurs d’espoir

Faites nous juste l'économie des longs débats

Les tueurs d’espoir

Messagepar Djazz » 02 Juin 2008, 10:55

Intensification de la colonisation israélienne
Les tueurs d’espoir


A quoi obéit la décision du gouvernement israélien d’intensifier son processus de colonisation des territoires palestiniens ?



D’aucuns mettraient la décision en ce sens, annoncée hier, sur le compte de la simple surenchère de la part d’un cabinet sur le départ et qui multiple, par ailleurs, les discours de paix, comme le laisse croire la rencontre annoncée pour aujourd’hui entre le Premier ministre israélien et le président de l’Autorité palestinienne. Mais indéniablement, ce n’est rien d’autre que la poursuite d’une politique engagée dès le début de l’occupation israélienne en 1948, et cette décision n’est pas seulement partagée par tous les hommes politiques israéliens de quelque bord qu’ils soient, mais elle figure en tête de ce que les Israéliens appellent les questions consensuelles. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’Israël ait annoncé, hier, la relance de la colonisation dans le secteur oriental d’El Qods, occupé et annexé. En fait, c’est la poursuite du processus en question et cette annonce a été faite à la veille d’une nouvelle rencontre entre Ehud Olmert et le président Mahmoud Abbas. Et tout a été fait pour que l’appel d’offres en ce sens soit dévoilé à l’occasion du 41e anniversaire de l’occupation de ce secteur de la Ville sainte, celle-ci ayant eu lieu en juin 1967. Un des principaux négociateurs palestiniens, Saëb Erakat, a aussitôt sévèrement condamné cette mesure comme « toutes celles qui perpétuent la colonisation ». « Les Etats-Unis doivent y mettre un terme. Il est clair que les efforts de paix vont être affectés par cela », a-t-il enchaîné. De quoi vont donc parler MM. Olmert et Abbas qui doivent se retrouver dans le cadre de négociations visant à conclure un accord sur la création d’un Etat palestinien avant la fin du mandat du président américain, George W. Bush, en janvier 2009. Normalement dira-t-on, alors que les Israéliens se révèlent comme les tueurs d’espoir, bien que les Palestiniens ne se font absolument aucune illusion sur les tractations en cours. Leur dernière rencontre remonte au 5 mai dernier et leurs discussions se dérouleront, alors que la classe politique israélienne se prépare à d’éventuelles élections anticipées en raison d’une affaire de corruption mettant en cause M. Olmert. Selon divers responsables politiques israéliens, ce scrutin pourrait se tenir en novembre prochain, alors que la législature s’achève normalement en novembre 2010. Les pourparlers de paix israélo-palestiniens portent sur les questions-clés du conflit (tracé des frontières, statut d’El Qods, sort des colons et des réfugiés palestiniens) et ont été relancées en novembre à Annapolis (Etats-Unis) après sept ans de gel. Elles n’ont pour l’heure connu aucune réelle percée. Dans le cadre d’un accord permanent négocié avec les Palestiniens, Israël espère notamment assurer sa mainmise sur de grands blocs d’implantations en Cisjordanie et les quartiers juifs d’El Qods, à la faveur d’échanges territoriaux. La « feuille de route », un plan international de paix lancé en 2003, prévoit notamment la fin des violences et le gel de la colonisation juive. Le 21 mai, l’Etat hébreu avait annoncé le lancement d’un appel d’offres pour la construction de 286 logements dans la colonie de Betar Ilit, au sud d’El Qods. Plus de 200 000 Juifs ont été installés depuis 1967 dans une douzaine de quartiers de colonisation érigés dans le secteur oriental d’El Qods. Selon des statistiques publiées, dimanche dernier, par l’Institut de Jérusalem pour les Etudes d’Israël, la Ville sainte comptait fin 2007 489 480 Juifs et 256 820 Palestiniens. Ce que ces derniers appellent aussi la judaïsation de leurs territoires. De rares organisations internationales mettent en garde contre ce processus, considérant Israël comme une puissance occupante, soumise en principe aux différentes conventions internationales. Mais qui s’en soucie ?


T. Hocine
El Watan
Avatar de l’utilisateur
Djazz
Super Moderateur
 
Messages: 12717
Inscription: 09 Mai 2007, 19:32
Localisation: ActuLand

Re: Les tueurs d’espoir

Messagepar 115 » 02 Juin 2008, 11:10

ma parole ce forum est devenu un vrai journal, tt les articles sont copier coller ici, falais juste mettres les liens du site web de ces journaux ca se mieu :)
115
 
Messages: 110
Inscription: 05 Avr 2008, 17:20

Re: Les tueurs d’espoir

Messagepar mirindou » 02 Juin 2008, 13:04

Merci Djazz
@ 115 : elle nous évitera de faire le tours de tout les journaux quand on pas le temps.
En plus de voir les avis de membre qui sont comme une communauté dont pas mal a l’étranger .

Pour l’article : c’est pas nouveau la double politique d’Israël, une façade de paix et une colonisation en douce
Avatar de l’utilisateur
mirindou
 
Messages: 5385
Inscription: 03 Sep 2006, 18:17
Localisation: 3and el djirane

Re: Les tueurs d’espoir

Messagepar moha » 10 Juin 2008, 18:58

Les tueurs d’espoir au maghreb des peuples .
Image

Actualités :
LE FRONT SOCIAL GRONDE
EN ALGÉRIE, AU MAROC ET EN TUNISIE

Le Maghreb sur une poudrière


Si les pays du Maghreb ont échoué à réaliser leur union, ils ont néanmoins réussi à avoir un dénominateur commun : semer le désespoir parmi les populations. En Algérie, au Maroc et en Tunisie, le malaise social est grandissant.
La rue gronde. Si les manifestations de colère étaient jusque-là l’apanage de l’Algérie, les Tunisiens et les Marocains bravent désormais la répression policière pour dire leur colère.

Pour s’en rendre compte, il suffit de consulter certains blogs qui, au quotidien, évoquent la répression qui s’abat sur les manifestants.


On y apprend qu’il ne se passe plus un jour sans qu’une région de la Tunisie soit secouée par des manifestations. Idem pour les Marocains qui affirment que les manifestations de chômeurs font désormais partie du décor. Le désespoir est tel que de jeunes demandeurs d’emploi s’immolent. Incapables de mettre en place de véritables politiques d’emploi, les régimes se cachent derrière des taux de chômage «officiels» qui servent souvent à la consommation extérieure.

Pour l’intérieur, la situation est tout autre : les beaux discours lais - sent place à la matraque. En Tunisie et au Maroc, il y a eu mort d’hommes. Ce qui vient de se passer dans ces deux pays prouve, cependant, qu’une lame de fond traverse les deux sociétés. Un mouvement est en marche et rien ne semble pouvoir l’arrêter, même pas l’aveugle répression.
Nawal Imès

MAROC
Les «chômeurs diplômés», casse-tête du Makhzen

Le Maroc, qui se targue d’avoir un taux de chômage inférieur à 10%, est rattrapé par une réalité à laquelle les médias tournent le dos : les diplômés sont frappés de plein fouet par le chômage. Selon des chiffres non officiels, les universitaires en souffrent deux fois plus que les personnes sans qualification.
A Rabat, les manifestations de chômeurs font quasiment partie du décor, la répression également. Ce qui s’est passé samedi dernier à Sidi-Ifni est révélateur d’un malaise social profond. La police a été appelée en renfort pour mettre un terme à une manifestation de chômeurs qui bloquaient depuis une semaine le port de Sidi-Ifni, dans le sud, dénonçant la pauvreté et la malvie. Tout avait commencé la semaine dernière au port de Sidi-Ifni, à 200 kilomètres au sud d'Agadir. La proclamation des résultats d’un tirage au sort organisé pour choisir 8 candidats pour des postes de travail a donné lieu à de violentes contestations. Dénonçant le favoritisme et le manque de transparence, les candidats non retenus ont alors bloqué près de 90 camions de poisson. La réaction des forces de l’ordre ne s’est pas fait attendre : samedi matin, les policiers se sont déployés en force, armés de matraques et de chiens. Ils ont effectué des descentes dans plusieurs maisons de Sidi-Ifni. Leur intervention musclée s’est soldée par l’arrestation d’une vingtaine de jeunes chômeurs qui ont été violentés. Bilan de cette intervention policière : un mort et des dizaines de blessés. Les témoignages publiés sur certains blogs sont édifiants. Leurs auteurs parlent de courses-poursuites, de matraquage en règle et de violation de domiciles. Une véritable chasse au manifestant a été organisée. Des bloggeurs affirment avoir vu des personnes allongées à même le sol grièvement blessées à la tête. D’autres parlent d’au moins 3 morts tandis qu’un diplomate ayant requis l’anonymat affirme que le bilan serait de huit morts. Un bilan que contestent les officiels qui expliquent que le plus grand nombre des blessés se trouve dans le camp des forces de l’ordre. Soucieux de l’image idyllique qu’ils veulent véhiculer, les responsables marocains tentent de minimiser l’impact de ces évènements mais il semblerait que le mouvement qui traverse la société marocaine ne soit pas près de s’essouffler. La colère est telle que les manifestations prennent souvent des formes d’une rare violence. De nombreux diplômés chômeurs marocains avaient tenté en avril de s’immoler à Rabat. Ils font partie du mouvement des «diplômés chômeurs» qui avait vu le jour en décembre 1990. Au fil des années, ils radicalisent leurs actions et font face quasi quotidiennement à la répression, unique réponse que semble être en mesure de proposer le royaume…
N. I.

TUNISIE
Le régime de Ben Ali tremble devant les chômeurs

Le mythe du «miracle économique» promis par Ben Ali n’a pas survécu longtemps.
Las d’attendre la concrétisation des nombreuses promesses, les chômeurs se révoltent en Tunisie. La population de Gafsa ne décolère pas.
A l’origine de cette colère, la sempiternelle problématique de l’emploi. La genèse des manifestations remonte au 5 janvier dernier suite à la publication de résultats du concours de recrutement professionnel au sein de la compagnie «Phosphate Gafsa», principal pourvoyeur de postes de travail dans la région.

La révolte des habitants a pris une tournure plus radicale lorsque le régime de Ben Ali a arrêté des syndicalistes et des militants des droits de l’homme, accusés d’en être les instigateurs. Redeyef, une ville de 30 000 habitants abritant la plus ancienne mine de phosphates, a été le principal foyer de cette agitation, qui a, par la suite, contaminé des villes minières de Metaloui et Oumlaraies. La police tunisienne a aussitôt pris position dans la région.

Les affrontements ont fait un mort et huit blessés — cinq manifestants et trois policiers—, selon un bilan gouvernemental, et un mort et 28 blessés, selon des sources syndicales. Le ministre tunisien de la Justice et des Droits de l'homme a été chargé de donner la version officielle. Il a dit «regretter» la mort d'un manifestant. «Nous regrettons cet incident d'autant que ces troubles sont exceptionnels en Tunisie.
Les forces de l'ordre sont intervenues conformément à la loi pour neutraliser des individus qui fabriquaient des cocktails Molotov» avant d’ajouter : «Nous ne tolérerons aucun recours à la violence et refusons qu'un point de vue quelconque soit imposé à l'Etat par la force.»

Des déclarations faites au moment où les habitants de Redeyef enterraient leur mort. Le jeune Hafnaoui Al-Maghzaoui, 25 ans, touché au poumon par balle, a été inhumé sous le regard des forces de l’ordre restées à l’écart pour éviter d’autres affrontements. Des témoins oculaires racontent que même des femmes avaient assisté à l’enterrement.
Ce décès est le deuxième à Redeyef après la mort à Tabadite, village berbère proche, d'un jeune protestataire électrocuté le 6 mai alors qu'il tentait de couper le courant aux générateurs de la compagnie Phosphate de Gafsa.

Les manifestations de désespoir se multiplient. En février dernier, un jeune Tunisien, natif de Chrarda, s’est donné la mort en s’immolant devant le palais présidentiel de Carthage après avoir vainement attendu d’être reçu. Face à cette situation, les chômeurs s’organisent.

A Tunis, à Sfax, ou Kairouan, leur voix se fait entendre. Ils bravent le régime policier pour réclamer du travail et une amélioration de leur condition sociale. Seule réponse du gouvernement : une aveugle répression.
N. I.
Avatar de l’utilisateur
moha
 
Messages: 27
Inscription: 08 Juin 2008, 16:54

Re: Les tueurs d’espoir

Messagepar mirindou » 12 Juin 2008, 01:48

et apres.....
Avatar de l’utilisateur
mirindou
 
Messages: 5385
Inscription: 03 Sep 2006, 18:17
Localisation: 3and el djirane

Re: Les tueurs d’espoir

Messagepar Djazz » 14 Juin 2008, 07:51

115 a écrit:ma parole ce forum est devenu un vrai journal, tt les articles sont copier coller ici, falais juste mettres les liens du site web de ces journaux ca se mieu :)


Faut juste arreter de faire l'interessant quand on n'a pas de choses intelligentes à dire sur un sujet...
Avatar de l’utilisateur
Djazz
Super Moderateur
 
Messages: 12717
Inscription: 09 Mai 2007, 19:32
Localisation: ActuLand


Retourner vers Politique et Economie



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités