le MORO est né !

Faites nous juste l'économie des longs débats

Re: le MORO est né !

Messagepar Houari d'oranie » 03 Aoû 2008, 18:59

El-Guerroumi a écrit:Alors si il y en a qui milite pour militer????????
Moi je milite pourb la réaliter du terrain....
1/L'oranie n'a jamais exister en tant qu'état il a toujours été sous
la coupe de Carthage ou la Maurétania.
Comme le maroc n'existe que dépuis environs milles ans et qu'auparavent
il a toujours été sous la coupe des Carthaginois ou la Maurétanie.
Voila moi je revendique le retour aux sources , plus de maroc plus d'algerie
VIVE la Maurétanie de Bougie jusqu a Tanger avec comme capital CHERCHELLE.
Et ceci se fera sans aucune concession ni pour les habitants de l'ouest de cherchelle ni pour ceux de l'est de CHERCHELLE.

VIVE LA MAURETANIE AVEC COMME CAPITALE CHERCHELLE.

alors le "moro " comme le mak fait des emules!
achtung pour les disneyland !
pour le maroc t'est à coté de la plaque
je t'informe que je suis tlemcenien
et je te dis ceci : revise tes billes !
Le Maroc est antique :
des années - 3000 se développe au Maroc la culture campaniforme.
Dès lors le Maroc entre dans l'âge du bronze et on assiste à la diffusion d'une céramique noire spécifique dont la présence est attestée dans un certain nombre de sépultures de la région rifaine.
A partir du XIe siècle av. J.-C., les hardis commerçants Phéniciens atteignent les côtes marocaines et notamment la côte atlantique.
Ils fondèrent de nombreux comptoirs qui serviront de bases à de nombreuses cités romaines puis arabes (dont les principaux furent Tingis et Lixus, actuelles Tanger et Larache).

En 649, le Maghreb ctd (maroc -algerie-tunisie est victime) des premiers assauts arabes mais ce n'est que 35 ans plus tard que l'on assiste à une véritable pénétration du territoire marocain.
Les puissantes tribus berbères installées aussi bien dans les contreforts montagneux de l'Atlas et du Rif que dans les fertiles plaines atlantiques soutiendront dans un premier temps les Byzantins installés sur les côtes méditerranéennes qu'ils préfèreront aux arabes
dont act!
stv , je peux continuer .
Avatar de l’utilisateur
Houari d'oranie
 
Messages: 363
Inscription: 27 Juin 2008, 11:07
Localisation: ORANIE

Re: le MORO est né !

Messagepar Houari d'oranie » 03 Aoû 2008, 19:12

Arslane a écrit:Jazaiiri !!!!

Prend un couteau, achète une pastèque (de Tlemcen) et coupe la en deux. Crois moi, tu vas sentir un grand soulagement.

Mais ne touche pas à notre Algérie.



Je sais tu n'a fais que rapporter d'un autre site, mais ici, c'est toi l'accusé, deberrasek.

ok mais je ne fais qu'enlever ma patrie des mains du pouvoir central maffieux .
Avatar de l’utilisateur
Houari d'oranie
 
Messages: 363
Inscription: 27 Juin 2008, 11:07
Localisation: ORANIE

Re: le MORO est né !

Messagepar Houari d'oranie » 03 Aoû 2008, 19:17

quilucru a écrit:En cas d'instauration d'une République d'Oranie, l'un des premiers actes à effectuer serait de remplacer la staue de Santa Cruz par un monument dédié à Aldo MORO! :mrgreen:

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=504509

NE PLAISANTE PAS !
la statue sera là pcq vestige de nos amis spanish et la statue de l'emir sera rapatriée d'alger vers mascara captitale de l'oranie .
Avatar de l’utilisateur
Houari d'oranie
 
Messages: 363
Inscription: 27 Juin 2008, 11:07
Localisation: ORANIE

Re: le MORO est né !

Messagepar Houari d'oranie » 03 Aoû 2008, 19:38

auressi a écrit:Image
L'Algérie a était tracer ainsi et le restera , même si il manque encore quelques territoires à l'Est et à l'Ouest, je conseillerai donc aux gitans et autre fils de squatters de retourner d'ou ils viennent avec leurs idées douteuse .

non monsieur le "moro" l'a tracée comme ça
pour les kabyles et les touregs je ne sais pas !
en tt il ne resteras qu'une peau de chagrin AVEC les grottes des aures .
ON VOUS LAISE QQ plaines msila etc et boussaada
c'est pas bien ça !
cher aurressi ! les gitans et les amers sont de chez vous !
chez nous c'est des hadris d'andaloux et de morisques cultivateurs et artisans .
Le far' west quoi !

Image
Avatar de l’utilisateur
Houari d'oranie
 
Messages: 363
Inscription: 27 Juin 2008, 11:07
Localisation: ORANIE

Re: le MORO est né !

Messagepar quilucru » 03 Aoû 2008, 20:18

jazaiiri a écrit:
quilucru a écrit:En cas d'instauration d'une République d'Oranie, l'un des premiers actes à effectuer serait de remplacer la staue de Santa Cruz par un monument dédié à Aldo MORO! :mrgreen:

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=504509

NE PLAISANTE PAS !
la statue sera là pcq vestige de nos amis spanish et la statue de l'emir sera rapatriée d'alger vers mascara captitale de l'oranie .


Je ne plaisante jamais! Aussi, est-ce que des cactus et des vignes suffiront à cette région en cas d'indépendance? J'expose à nouvau la question ou est-ce l'Oranie sera un nouveau "client" de l'aide humanitaire internationale et le cas échéant, l'Oranie s'inscrive déjà en quémandeuse d'aides alimentaires auprès des organisations internationales! :mrgreen:
quilucru
 
Messages: 253
Inscription: 05 Juil 2008, 10:35

Re: le MORO est né !

Messagepar Houari d'oranie » 03 Aoû 2008, 20:40

quilucru a écrit:
jazaiiri a écrit:
quilucru a écrit:En cas d'instauration d'une République d'Oranie, l'un des premiers actes à effectuer serait de remplacer la staue de Santa Cruz par un monument dédié à Aldo MORO! :mrgreen:

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=504509



Je ne plaisante jamais! Aussi, est-ce que des cactus et des vignes suffiront à cette région en cas d'indépendance? J'expose à nouvau la question ou est-ce l'Oranie sera un nouveau "client" de l'aide humanitaire internationale et le cas échéant, l'Oranie s'inscrive déjà en quémandeuse d'aides alimentaires auprès des organisations internationales! :mrgreen:

ton lien parle d'oran infesté par les rurbains chawis et kabyles presque tous des montagnards !
l'oranie c'est autre choses regarde la carte
Avatar de l’utilisateur
Houari d'oranie
 
Messages: 363
Inscription: 27 Juin 2008, 11:07
Localisation: ORANIE

Re: le MORO est né !

Messagepar El-Guerroumi » 03 Aoû 2008, 21:36

Ya Jazaïri:
Ton histoire est beaucoup plus complexe que tu ne le penses , La création du Maroc tel qu'il est maintenant ne datte que du 10em siècle ,c'est a dire au moment méme ou Sidi-Abderahmanne El-djilali patron d'alger parceque c'est lui le constructeur d'alger tel qu 'on le connait maintenant lol
En attendant voila l'histoire des Maghrebins en éspèrant que tu dormiras un peu plus savant....

L’ORIGINE DES BERBÈRES
Gabriel CAMPS

[Islam : société et communauté. Anthropologies du Mahgreb, sous la direction de Ernest Gellner, les Cahiers C.R.E.S.M, Éditions CNRS, Paris, 1981.]

Connus depuis l’antiquité pharaonique sous les noms de Lebu, Tehenu, Temehu, Meshwesh, les Berbères subsistent dans un immense territoire qui commence à l’ouest de l’Égypte. Actuellement des populations parlant le berbère habitent dans une douzaine de pays africains, de la Méditerranée au sud du Niger, de l’Atlantique au voisinage du Nil.

Mais cette région qui couvre le quart Nord-Ouest du continent n’est pas entièrement berbérophone, loin de là ! Aujourd’hui, dans cette région, l’arabe est la langue véhiculaire, celle du commerce, de la religion, de l’État, sauf dans la marge méridionale, du Sénégal au Tchad où la langue officielle est le français. Ainsi, les groupes berbérophones sont isolés, coupés les uns des autres et tendent à évoluer d’une manière divergente. Leur dimension et leur importance sont très variables. Les groupes kabyle en Algérie, Braber et Chleuh au Maroc représentent chacun plusieurs centaines de milliers d’individus tandis que certains dialectes, dans les oasis, ne sont parlés que par quelques dizaines de personnes. C’est la raison pour laquelle les cartes d’extension de la langue berbère n’ont pas grande signification. Le territoire saharien couvert par les dialectes touareg (tamahaq) en Algérie, Libye, Mali et Niger est immense mais les nomades berbérophones qui le parcourent et les rares cultivateurs de même langue ne doivent guère dépasser le nombre de 250 ou 300 000. Ils sont à peine plus nombreux que les habitants du Mzab qui occupent dans le Sahara septentrional, un territoire mille fois plus exigu. Le bloc kabyle est dix fois plus peuplé que la région aurasienne, plus vaste, où est parlé un dialecte berbère différent.

En fait il n’y a aujourd’hui ni une langue berbère, dans le sens où celle-ci serait le reflet d’une communauté ayant conscience de son unité, ni un peuple berbère et encore moins une race berbère. Sur ces aspects négatifs tous les spécialistes sont d’accord… et cependant les Berbères existent.

Légendes antiques et modernes sur les origines des Berbères
Hercule et les calembours
Du Caucase à L'atlantide
Les données de l'anthropologie
L'homo sapiens du Maghreb
Les protoméditerranéens capsiens mangeurs d'escargots
La mise en place des paléo-berbères
Les données linguistiques
Petit lexique
Quelques sites

LÉGENDES ANTIQUES ET MODERNES SUR LES ORIGINES DES BERBÈRES
Hercule et les calembours
Rares sont les peuples comme les Berbères dont les origines ont été recherchées avec autant de constance et d’imagination. Dès la plus haute Antiquité, des récits circulaient dans les milieux savants et chez les mythographes sur les origines des habitants de l’Afrique. Le plus connu, parce que des générations de lycéens pâlirent sur les pages du De Bello Jugurthino, nous est rapporté par Salluste.

La légende des origines perse et mède

Les premiers habitants de l’Afrique furent, dit Salluste, les Gétules et les Libyens, gens grossiers et barbares qui se nourrissaient de la chair des bêtes sauvages ou de l’herbe des prés, à la façon des troupeaux. Plus tard, des Mèdes, des Arméniens et des Perses conduits par Hercule en Espagne, passèrent en Afrique et se mêlèrent, les premiers avec les Libyens, les Perses avec les Gétules. Tandis que les Mèdes et Libyens, bientôt confondus sous le nom de Maures, eurent de bonne heure des villes et échangèrent des produits avec l’Espagne, les Gétules et les Perses condamnés à une vie errante, prirent le nom de Nomades. Cependant la puissance de ces derniers s’accrut rapidement, et sous le nom de Numides, ils conquirent tout le pays jusqu’au voisinage de Carthage.

Cette légende, Salluste n’en revendique nullement la paternité ; il dit même qu’elle est contraire à la tradition la plus répandue (et que nous ne connaissons pas) mais qu’elle est, en revanche, admise par les indigènes. Il la rapporte d’après une traduction qui lui aurait été faite des livres puniques du roi Hiempsal (libri punici qui regis Hiempsalis dicebantur).

De la première époque, antérieure à Hercule, ou plus exactement Melqart, le dieu phénicien qui fut assimilé au fils d’Alcmène, Salluste donne le cliché habituel par lequel l’érudit moyen dépeint, à tort, les temps primitifs. Ces Libyens et Gétules, chasseurs et cueilleurs, sont bien évidemment des peuples de la Préhistoire que Salluste, ou plutôt Hiempsal, rejette dans les temps mythiques. Il nous faut cependant retenir l’existence de deux éléments de population dans l’Afrique la plus archaïque. Quel fait permettait d’établir cette distinction sinon une différence dans les genres de vie née elle-même des conditions géographiques et par conséquent de la localisation de ces peuples ? Or, de l’avis unanime des historiens anciens et modernes, les Gétules étaient des nomades dont on trouve les traces évanescentes depuis les rives de l’Océan jusqu’au golfe des Syrtes. Pour les écrivains classiques, étaient généralement qualifiés de Gétules tous les nomades méridionaux distincts des Éthiopiens et des Garamantes. Les Gétules étant nomades on en déduit que les Libyens d’Hiempsal, ceux qui "eurent de bonne heure des villes" étaient les ancêtres des sédentaires.

Cette distinction élémentaire, et banale, avait été faite bien avant Hiempsal ou Salluste puisque le père de l’Histoire lui-même, Hérodote (IV, 181, 186, 191), après avoir décrit une longue suite de peuplades depuis l’Égypte jusqu’au lac Triton, précisait :

"Je viens d’indiquer les Libyens nomades qui habitent le long de la mer. Au-dessus d’eux, à l’intérieur des terres, se trouve la Libye des bêtes sauvages... Mais au couchant du Lac Tritonis (c’est-à-dire au Nord étant donné l’orientation incorrecte attribuée à la côte à partir des territoires carthaginois) les Libyens ne sont plus nomades et n’ont plus les mêmes coutumes... ce sont des Libyens cultivateurs... Ils ont des maisons et sont appelés Maxyes". Dans un raccourci assez simpliste mais exact, Hérodote oppose "la Libye orientale (où) habitent les nomades (qui) est basse et sablonneuse jusqu’au fleuve Triton, et celle à l’occident de ce fleuve, habitée par les cultivateurs (qui) est très montagneuse, très boisée... ".

Cette dernière phrase a une portée considérable car elle n’est pas applicable au seul territoire carthaginois du Sahel qui est particulièrement plat, mais à la totalité de l’Afrique du Nord, le pays de l’Atlas.

Le Triton qui s’identifie au golfe de Gabès est donc une limite géographique importante, particulièrement nette et précise dans l’esprit d’Hérodote, qui marque le partage entre les Nomades et les cultivateurs habitant des maisons.

C’est encore par les grands chotts tunisiens que les géographes font aujourd’hui aboutir la limite méridionale de l’Afrique du Nord ; la coïncidence serait curieuse si elle n’était précisément dictée par la nature.

Mais que viennent faire les Perses, les Mèdes et les Arméniens dans le récit des origines numides et maures ? Certes il est traditionnel, dans les textes antiques, que l’origine des peuples soit située en Orient et que des Orientaux soient impliqués dans le peuplement de la Libye occidentale, cela répond à un cliché habituel. Mais pourquoi les Perses et les Mèdes qui, Grecs et Latins le savaient bien, ne pouvaient être considérés comme des peuples de navigateurs? Revoyons de plus près le texte de Salluste : "Les Mèdes, les Perses et les Arméniens qui faisaient partie (de l’armée d’Hercule mort en Espagne) passèrent en Afrique sur des vaisseaux et occupèrent les pays voisins de notre mer. Les Perses s’établirent plus loin que les autres, du côté de l’Océan... peu à peu ils se fondirent par des mariages avec les Gétules". La localisation méridionale des prétendus Perses nous apporte paradoxalement l’explication de leur présence inattendue dans la partie occidentale de la Maurétanie, celle que les Romains nommèrent Maurétanie Tingitarie, dans le Maroc actuel. De nombreux auteurs grecs ou romains, Strabon, Pline citant Polybe, Pomponius Mela, Ptolémée, le géographe anonyme de Ravenne, Priscien de Césarée recopiant Denys le Périégète et bien d’autres que J. Desanges a patiemment relus, font connaître dans le Sud du Maroc, vraisemblablement entre l’Atlas, le Draa et le Guir deux peuplades, les Pharusiens et les Perorsi. La ressemblance entre les noms et une localisation très voisine ont fait admettre à certains auteurs, S. Gsell en particulier, qu’il s’agissait d’un seul et même peuple.

Ce n’est pas sûr, mais il est en revanche, tout à fait admissible que l’analogie ou l’homonymie factice entre Pharusii, Perorsi et Persae soit à l’origine de la prétendue arrivée des Perses en Maurétanie. De fait, Pline l’Ancien rappelle incidemment que les Pharusii, qu’il nomme parfois Perusii, sont les descendants des Perses conduits par Hercule aux limites occidentales du monde habité (V, 46).

Un autre calembour, mode de pensée analogique dont les auteurs de l’Antiquité étaient très friands, explique de même la présence des Mèdes en Afrique. De nombreuses tribus paléoberbères portaient, dans l’Antiquité, le nom de Mazices. Il s’agit en fait du nom que les Berbères se donnent eux-mêmes Imazighen (au singulier Amazigh.). Ce nom a été transcrit par les étrangers sous des formes variées : Meshwesh par les Égyptiens, Mazyes et Maxyes par les Grecs, Mazices et Madices par les Latins. Au XIVe siècle, le grand historien lbn Khaldoun explique qu’une branche des Berbères, les Branès, descend de Mazigh. Que certains habitants de l’Afrique antique aient déjà placé quelque ancêtre Mazigh ou Madigh en tête de leur généalogie ne saurait étonner puisqu’ils se sont, de tous temps, donné ce nom. De cette appellation viendrait donc l’apparition des Mèdes, ancêtres des Maures, en compagnie des Perses devenus les Pharusiens.

Quant aux Arméniens, leur présence légendaire doit s’expliquer par une semblable analogie avec quelque tribu paléoberbère dont le nom n’a malheureusement pas été conservé, à moins que l’on rapproche arbitrairement ces prétendus Arméniens de l’obscure tribu des Ourmana qui, au temps d’Ibn Khaldoun, c’est-à-dire au milieu du XIVe siècle, nomadisait dans la partie orientale du Maghreb.

Origines cananéennes

Bien plus illustre est le récit, nettement plus récent puisqu’il date du VIe siècle de notre ère, que nous donne Procope sur l’origine des Maures, terme générique qui, à l’époque, désignait tous les Africains qui avaient gardé leurs traditions et leur genre de vie en dehors de la culture citadine développée par Rome. Selon Procope, la conquête de la Terre Promise par Josué avait provoqué le départ des peuples qui occupaient le littoral. Ceux-ci, après avoir tenté de s’établir en Égypte qu’ils trouvèrent trop peuplée, se dirigèrent vers la Libye qu’ils occupèrent jusqu’aux Colonnes d’Hercule (détroit de Gibraltar) en fondant un grand nombre de villes. Procope précise : Leur descendance y est restée et parle encore aujourd’hui la langue des Phéniciens. Ils construisirent aussi un fort en Numidie, au lieu où s’élève la ville de Tigisis. Là, près de la grande source, on voit deux stèles de pierre blanche portant gravée en lettres phéniciennes et dans la langue des Phéniciens, une inscription dont le sens est : " nous sommes ceux qui avons fui loin de la face du brigand Jésus (= Josué) fils de Navé " (II, 10, 22).

Procope avait accompagné en Afrique le général byzantin Bélisaire et son successeur Solomon qui combattirent dans la région de Tigisis, au Sud de Cirta (Constantine) ; il avait vraisemblablement vu ou pris connaissance de l’existence de stèles puniques ou plus sûrement libyques. Cette région (Sigus, Sila, Tigisis) est précisément riche en grandes stèles, parfois véritables menhirs sculptés portant des dédicaces libyques. Ces énormes pierres (dont deux sont aujourd’hui au Musée de Constantine), supports d’inscriptions mystérieuses ou mal comprises de pauvres clercs de Numidie centrale, sont peut-être à l’origine du récit "historique" de Procope.

Ce récit s’appuie aussi sur une autre donnée dont nous trouvons la trace, un siècle plus tôt, dans une lettre de Saint Augustin. "Demandez – écrit-il –, à nos paysans qui ils sont : ils répondent en punique qu’ils sont des Chenani. Cette forme corrompue par leur accent ne correspond-elle pas à Chananaeci (Cananéens) ?".

On a longtemps discuté sur le fait que les paysans africains voisins d’Hippone aient encore parlé le punique au Ve siècle de notre ère, plus d’un demi millénaire après la destruction de Carthage. C. Courtois (1950) s’était demandé si par l’expression "punice" Saint Augustin ne voulait pas désigner un dialecte berbère. Ses arguments n’emportèrent pas la conviction, et comme Ch. Saumagne (1953) et A. Simon (1955), je crois que Saint Augustin faisait réellement allusion à un dialecte sémitique. Bien qu’aucun texte ne vienne appuyer cette hypothèse, il est fort admissible que les Phéniciens aient eux-mêmes introduit le nom de Cananéens en Afrique. Plusieurs savants pensent même, comme A. di Vitta (1971), que le récit de Procope doit s’expliquer par le souvenir confus de la plus ancienne expansion phénicienne en Occident qui précéda largement la fondation de Carthage.

Autres origines légendaires de l’Antiquité

Elle n’est pas la seule que nous ait transmise l’Antiquité. S. Gsell, grâce à son incomparable érudition, a eu le mérite de les classer. Retenons les principales : selon Strabon, les Maures étaient des Indiens venus en Libye sous la conduite de l’inévitable Héraklès ; nous verrons que certains auteurs modernes ont voulu appuyer cette origine légendaire d’arguments scientifiques. Une origine orientale plus proche est proposée, pour les Gétules, par l’historien juif Flavius Joseph. Commentant le chap. X de la Genèse, il affirme tranquillement que l’un des fils de Koush, Euilas est le père des Euilaioi "qui sont aujourd’hui appelés Gaitouloi : Gétules". D’autres étymologies aussi fantaisistes parsèment le récit de Flavius Joseph : ainsi Ophren, petit fils d’Abraham, serait allé conquérir la Libye ; ses descendants auraient donné le nom d’Afrique au pays.

Mais d’autres origines leur sont prêtées, surtout chez les auteurs grecs ; ainsi Hérodote dit que les Maxyes, qu’on peut identifier à des Berbères sédentaires, cultivateurs, se prétendaient descendre des Troyens. En écho à cette tradition si répandue dans le monde classique, répondent plusieurs assertions : Hécatée mentionne une ville de Cubos fondée par les Ioniens auprès d’Hippou Akra, l’actuelle Bône-Annaba. Dans la même région était située la ville de Meschela qui était, selon Diodore de Sicile, une création grecque.

Ainsi Plutarque, qui s’inspire vraisemblablement de Juba II, le savant roi de Maurétanie contemporain de l’empereur Auguste, dit que Héraklès, toujours lui ! avait laissé, dans le Nord de la Maurétanie Tingitane, des Olbiens et des Mycéniens. Or Ptolémée cite parmi les peuples de cette contrée les Muceni dont le nom semble bien être à l’origine de cette autre légende.

Légendes médiévales sur les origines des Berbères

Les historiens du Moyen Age, par de nombreux traits, conservent cette mode de pensée antique et, en Orientaux étroitement asservis au système patriarcal, sont particulièrement friands de généalogies interminables aussi ont-ils donné ou répété de nombreuses légendes sur les origines des Berbères. lbn Khaldoun, le plus grand d’entre eux, a consacré un chapitre entier de sa volumineuse Histoire des Berbères aux multiples généalogies que des écrivains de langue arabe, qui étaient souvent d’origine berbère, ont présentées avant lui. Tous donnent une origine orientale aux différentes fractions. La plus courante se rattache à celle déjà relatée par Procope. El Bekri les fait chasser de Syrie-Palestine par les Juifs, après la mort de Goliath. Il s’accorde avec El Masoudi pour les faire séjourner très peu de temps en Égypte. Selon d’autres, les Berbères seraient les descendants de Goliath (Djolouta). Or il n’est pas sans intérêt de noter que Goliath et Aguelid, qui veut dire roi dans les dialectes berbères du Nord, sont deux noms de la même famille. Ifricos, fils de Goliath, les aurait conduits en Afrique qui lui doit son nom (Ifrîqiya).

Ibn Khaldoun lui-même prend fermement position en faveur de ce qu’il appelle "le fait réel, fait qui nous dispense de toute hypothèse… : les Berbères sont les enfants de Canaan, fils de Cham, fils de Noé, ainsi que nous l’avons déjà énoncé en traitant des grandes divisions de l’espèce humaine. Leur aïeul se nommait Mazigh ; leurs frères étaient les Gergéséens (Agrikech) ; les Philistins, enfants de Casluhim, fils de Misraïrn, fils de Cham, étaient leurs parents. Le roi, chez eux, portait le titre de Goliath (Djalout). Il y eut en Syrie, entre les Philistins et les Israélites, des guerres rapportées par l’histoire, et pendant lesquelles les descendants de Canaan et les Gergéséens soutinrent les Philistins contre les enfants d’Israël. Cette dernière circonstance aura probablement induit en erreur la personne qui représenta Goliath comme Berbère, tandis qu’il faisait partie des Philistins, parents des Berbères. On ne doit admettre aucune autre opinion que la nôtre ; elle est la seule qui soit vraie et de laquelle on ne peut s’écarter" (traduction de Slane).

Malgré cette objurgation d’lbn Khaldoun, nous devons également tenir compte, car elle n’est pas sans conséquence, d’une autre opinion qu’il nous rapporte avec précision : "Tous les généalogistes arabes s’accordent à regarder les diverses tribus berbères dont j’ai indiqué les noms, comme appartenant réellement à cette race ; il n’y a que les Sanhadja et les Ketama dont l’origine soit pour eux un sujet de controverse. D’après l’opinion généralement reçue, ces deux tribus faisaient partie des Yéménites qu’lfricos établit en Ifrikia lorsqu’il eut envahi ce pays.

D’un autre côté, les généalogistes berbères prétendent que plusieurs de leurs tribus, telles que les Louata, sont Arabes et descendent de Himyer ..."
Sur ce Bonne nuit y a el Wahrani. :grin:
El-Guerroumi
 
Messages: 155
Inscription: 10 Juil 2008, 16:35

Re: le MORO est né !

Messagepar Houari d'oranie » 04 Aoû 2008, 10:14

El-Guerroumi a écrit:Ya Jazaïri:
Ton histoire est beaucoup plus complexe que tu ne le penses , La création du Maroc tel qu'il est maintenant ne datte que du 10em siècle ,c'est a dire au moment méme ou Sidi-Abderahmanne El-djilali patron d'alger parceque c'est lui le constructeur d'alger tel qu 'on le connait maintenant lol
En attendant voila l'histoire des Maghrebins en éspèrant que tu dormiras un peu plus savant....

L’ORIGINE DES BERBÈRES
Gabriel CAMPS

[Islam : société et communauté. Anthropologies du Mahgreb, sous la direction de Ernest Gellner, les Cahiers C.R.E.S.M, Éditions CNRS, Paris, 1981.]

Sur ce Bonne nuit y a el Wahrani. :grin:

MAIS QUESque tu raconte !
tes sources sont completement orientalistes !
l'histoire du maroc remOnte à l'antiquité !
pour l'etat allaouite actuel c'est autre chose depuis l'avenement d'idriss 1er.
PS: je rectifie je ne suis pas jazaiiri ; mais wahrani comme tu dit merci !
mdr
est ce que je peux changer de pseudo admin??? lol
Avatar de l’utilisateur
Houari d'oranie
 
Messages: 363
Inscription: 27 Juin 2008, 11:07
Localisation: ORANIE

Re: le MORO est né !

Messagepar Houari d'oranie » 04 Aoû 2008, 10:18

El-Guerroumi a écrit:Ya Jazaïri:
Ton histoire est beaucoup plus complexe que tu ne le penses , La création du Maroc tel qu'il est maintenant ne datte que du 10em siècle ,
Sur ce Bonne nuit y a el Wahrani. :grin:

BONJOUR EL GUERROUMI !
dans ce topic je parle du"moro" et de l'oranie pas du maroc !
ce mouvement est trés recent : il date du 2 aout 2008 seulement .
N'essaie pas de noyer le poisson !
Avatar de l’utilisateur
Houari d'oranie
 
Messages: 363
Inscription: 27 Juin 2008, 11:07
Localisation: ORANIE

Re: le MORO est né !

Messagepar Algérien » 04 Aoû 2008, 11:13

Simohamed a écrit:et nous aux maroc on est prêt à les aider financierement et militairement s'il le faut ! car depuis que ces généraux criminels se partage l'algerie, le maghreb n'a jamais pu s'unire !! car les voleurs n'aime pas la clarté qui sera la régle des quelconque institution maghrebin !


Wakh'kha moulay wakh'kha clapclap

A3tihli 3arbi Ellah la f'hem :grin:
Avatar de l’utilisateur
Algérien
Actunaute accro
 
Messages: 15713
Inscription: 27 Avr 2005, 22:20
Localisation: Bled Kikkèh.

Re: le MORO est né !

Messagepar mirindou » 04 Aoû 2008, 17:35

la capital Mascara.
les oranais vont être jaloux des mascarites qui vont devenir des algérois (puisque c'est leurs ville qui devien la capital ) lol
Avatar de l’utilisateur
mirindou
 
Messages: 5385
Inscription: 03 Sep 2006, 18:17
Localisation: 3and el djirane

Re: le MORO est né !

Messagepar Houari d'oranie » 04 Aoû 2008, 18:21

mirindou a écrit:la capital Mascara.
les oranais vont être jaloux des mascarites qui vont devenir des algérois (puisque c'est leurs ville qui devien la capital ) lol

non je ne pense pas :
et puis c'est la capitale de l'emir qui sera restaurée
les oranais ont leur santa cruz.
Avatar de l’utilisateur
Houari d'oranie
 
Messages: 363
Inscription: 27 Juin 2008, 11:07
Localisation: ORANIE

Re: le MORO est né !

Messagepar Houari d'oranie » 04 Aoû 2008, 18:23

Simohamed a écrit:et nous aux maroc on est prêt à les aider financierement et militairement s'il le faut ! car depuis que ces généraux criminels se partage l'algerie, le maghreb n'a jamais pu s'unire !! car les voleurs n'aime pas la clarté qui sera la régle des quelconque institution maghrebines :


NON MONSIEUR ON N'A PAS BESOIN DE PERSONNE
SURTOUT LES ALLAOUITES
ON N4A PAS OUBLIE LA TRAHISON SUR NOTRE EMIR
Avatar de l’utilisateur
Houari d'oranie
 
Messages: 363
Inscription: 27 Juin 2008, 11:07
Localisation: ORANIE

Re: le MORO est né !

Messagepar sinou » 04 Aoû 2008, 18:31

mahgartche rourehk
Avatar de l’utilisateur
sinou
 
Messages: 467
Inscription: 29 Aoû 2007, 19:50
Localisation: draria

Re: le MORO est né !

Messagepar Houari d'oranie » 04 Aoû 2008, 18:31

et puis c'est une republique islamique avec 4 provinces sous les ordres d'un khalife chacune .
LE CALIFAT de tlemcen
LE CALIFAT de mostaganemen
LE CALIFAT de tiaret
LE CALIFAT de la saoura .
la province de mascara qui est autonome sera sous les ordres directs de l'emir qui est elu par un college de savants et chorfas de tt la republique SOUS UN ARBRE à la guetna.
Avatar de l’utilisateur
Houari d'oranie
 
Messages: 363
Inscription: 27 Juin 2008, 11:07
Localisation: ORANIE

PrécédenteSuivante

Retourner vers Politique et Economie



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités