Yes I can

Lss KarEcritures sont des caricatures écrites. C'est donc au lecteur d'imaginer le dessin à partir du texte qu'il a devant lui

Yes I can

Messagepar Red Bull » 18 Déc 2008, 21:58

Dans ce monde, il y existe des distorsions que l’histoire tient à confirmer avec une certaine pertinence. Les Etats-Unis, première puissance mondiale, donnent l’exemple le plus criant en terme de démocratie, d’intégration des minorités et d’égalité des chances. Mister Barack Hussein Obama est élu à la tête de la maison blanche. Un tsunami politique dont la portée mondiale s’étend au fin fond de la jungle équatoriale. Un noir à la maison blanche, vous imaginez un peu ! C’est comme si un chinois se retrouvait un jour à la tête de l’Algérie. Impossible n’est-ce pas !

Dans le pays le plus détesté au monde, on se plait à rêver d’un futur plus rose avec un noir à la maison blanche. Normal quand on sait que cette même maison blanche était occupée par un blanc qui a laissé le bilan le plus noir de l’histoire américaine. Tout un symbole. Obama, ce talentueux et charismatique jeune président n’est pas arrivé là par hasard. Certes les électeurs l’ont plébiscité, mais il a dû cravacher dur, avec toute une équipe dédiée à promouvoir son image et son programme. Internet n’y a pas échappé, certains l’ont même surnommé le cyber président, tellement il avait accaparé la scène web.

« Yes we can », tel était le slogan de sa campagne. Une phrase simple, mais tellement révélatrice de l’élan fédérateur crée par ce personnage qui fait déjà figure de légende. Tiens donc, une légende j’en connais une autre, tout aussi vivante que le néo président US. Vous voyez certainement de qui je veux parler… à 40cm et quelques hospitalisations prêt.

Pourquoi diable mettre ce sujet sur la table ? Il est vrai que c’est ma principale source d’inspiration, mais l’actualité déjà dépassée de notre vie politique (c’est trop dire) ne m’a pas laissé de marbre. Dans le pays d’Aziz au pays des merveilles, un autre tsunami politique se préparait dans la transparence la plus totale.
Longtemps plébiscité par ses pantins pour un troisième mandat (encore faut-il qu’il achève le deuxième), Si Aziz n’a pas tardé à mobiliser son… égo pour nous concocter le plus inattendu des scrutins, avec le plus attendu des résultats.
Le feuilleton n’avait certes rien d’une production américaine à suspens à l’image de 24 heures chrono, mais il valait la peine d’être suivi, surtout par le fan de muppet show que je suis.

Vous rappelez-vous quand les titres des journaux parlaient des problèmes financiers des députés ? Vous savez, ces pauvres malheureux mal rémunérés par l’Etat, qui demandaient une révision de leur salaire de misère. Ce besoin résultait de la forte inflation qu’avait connu la vie (en Algérie ou en Europe, là où sont scolarisés leurs enfants ? La question reste posée), ainsi que les frais qu’impliquait leur fonction. Il est vrai que l’absentéisme est une activité à part entière qui consomme beaucoup de ressources chez les personnes concernées. En effet quand on ne vient pas à l’hémicycle, c’est parce que nous avons des obligations personnelles ou professionnelles que l’Etat doit couvrir. C’est un devoir patriotique que le pays doit honorer pour ces hommes fatigués, lessivés et crevés par un levé de bras trop fréquent depuis 1999.

Leurs problèmes physiques seraient donc dus à une activité trop intense à l’Assemblée (im)Populaire Nationale (lorsqu’ils y sont présents, cela va de soi).
Le plan est donc clair. Si Aziz, l’acteur principal, aurait concocté un programme usant pour mettre à terre les représentants du peuple. Ces derniers excédés par l’activité physique qui leur est imposée, montent au créneau pour demander une rémunération à la hauteur de leurs efforts. Si Aziz, gentil comme il est, accède à leur demande et les voila devenus d’insolents riches, éloignés (comme s’ils ne l’étaient pas assez) du peuple qu’il sont supposés représenter.

Si Aziz avait réussi un coup de maître… chien. Le fameux morceau de sucre donné à la fin du dressage avait donné ses fruits. Les représentants du peuple étaient devenus dociles. Si Aziz pouvait donc les façonner à sa guise, en faire de gentilles bêtes dociles prêtes à tout pour faire plaisir à cette main qui les nourrissait.
C’est ce qui s’est donc passé quand le concerné s’est présenté dans la niche de ses serviteurs pour leur demander leur avis sur la présidence à vie. Comment pouvaient-ils refuser ? Leur dressage était si parfait qu’ils levèrent les mains jusqu’à toucher le plafond pour quelque uns. Certains ont même été surpris à lever leurs jambes (selon des indiscrétions, c’est une nouvelle formule qui sera adoptée pour le vote des lois en 2009…).

Si Aziz avait donc mené à bien son plan, seul comme un grand, en donnant la plus grande leçon politique de sa vie à la légende finalement déchue, Barack Obama. Pourquoi donc « Yes we can » ? Pourquoi tant d’efforts ? Pourquoi mobiliser tout e monde ? Si Aziz avait fait mieux avec un slogan légèrement différent : « Yes I can ». Pauvre Dzaïr…
Avatar de l’utilisateur
Red Bull
Super Moderateur
 
Messages: 5126
Inscription: 23 Déc 2005, 19:23
Localisation: Bled miki

Re: Yes I can

Messagepar youssef69003 » 18 Déc 2008, 22:25

merci red bull pour ce plaidoyer, j'ai lu je ne sais plus ou cette phrase qui m'a beaucoup et je ne lui trouverai pas meilleure place qu'a la suite de ta brillante analyse :

l'algerie est comme la tour de pise, beaucoup pense qu'elle va tomber, mais elle restera toujours debout.

j'ajoute qu'elle se redressera completement un jour tres proche inchallah.
youssef69003
 
Messages: 1207
Inscription: 15 Aoû 2008, 12:15

Re: Yes I can

Messagepar Mounib » 18 Déc 2008, 22:53

merci Redbull pour cette majestueuse analyse!

Vous voyez certainement de qui je veux parler… à 40cm et quelques hospitalisations prêt.


Par ailleurs, ça aurait été plus dure de trouver un jeu de mots plein d'humour pour décrire la différence d'ordre moral et intellectuelle entre les deux hommes,
un qui, à très jeune age, avait déjà écrit deux autobiographies et l'autre qui a envoyé en prison la personne qui s'est intéressée à sa biographie!
Mounib
 
Messages: 191
Inscription: 19 Aoû 2008, 09:44

Re: Yes I can

Messagepar mirindou » 19 Déc 2008, 03:22

merci red.
eh oui dur de ne pas etre Aziz dans ce nouveau cirage Djezairi
Avatar de l’utilisateur
mirindou
 
Messages: 5385
Inscription: 03 Sep 2006, 18:17
Localisation: 3and el djirane

Re: Yes I can

Messagepar Cell » 19 Déc 2008, 21:16

Ya khouya comment peut on parler de démocratie et de transparence en Algerie alors que le simple citoyen cultive dés son plus jeune age l'esprit de la cachetrie (à ne pas confondre avec la discretion) et entretien une mentalité de "couleur vert kaki" avec son prochain, des habitudes et pratiques digne du KGB..
Cell
 
Messages: 5237
Inscription: 28 Aoû 2006, 15:44

Re: Yes I can

Messagepar Algérien » 19 Déc 2008, 21:49

Mon cher ami Red, moi aussi I CAN 3andi djeddi bessah matt

:wink:
Avatar de l’utilisateur
Algérien
Actunaute accro
 
Messages: 15713
Inscription: 27 Avr 2005, 22:20
Localisation: Bled Kikkèh.

Re: Yes I can

Messagepar Cell » 20 Déc 2008, 13:39

Quand on veut on peut, et quand on ne veut pas il n'y a pas lieu de pouvoir, il y'a l'abus de pouvoir et rien d'autre.. en Algérie.

Remixé par Cell
Cell
 
Messages: 5237
Inscription: 28 Aoû 2006, 15:44

Re: Yes I can

Messagepar Cell » 24 Déc 2008, 14:12

Image
Cell
 
Messages: 5237
Inscription: 28 Aoû 2006, 15:44


Retourner vers KarEcritures



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron