Joint-venture avec les Emiratis et les Allemands

Faites nous juste l'économie des longs débats

Joint-venture avec les Emiratis et les Allemands

Messagepar Djazz » 15 Fév 2010, 08:43

Le sort de la voiture algérienne tranché demain



Aabar Investments, le fonds d'investissement public d'Abou Dhabi, tiendra ce mardi 16 février, un conseil d'administration qui intéresse au plus haut point les Algériens. L'un des deux points que doit examiner le Conseil d'administration du fonds d'investissement porte sur le projet de joint-venture pour la production d'automobile en Algérie. Le communiqué d'Aabar indique que le Conseil d'administration examinera un « investissement dans une joint-venture algérienne pour la production de divers véhicules en Algérie». A priori, les choses semblent aller dans le sens de la confirmation du projet, annoncé en août 2009 et qui a été la première «brèche» allant dans le sens de la volonté des autorités algériennes de favoriser l'installation d'une industrie automobile dans le pays. Le projet reste cependant à confirmer. Certains se demandent en effet si la grande crise vécue par le voisin Dubaï qui fait face à un endettement de plus de 80 milliards de dollars ne va pas amener Aabar Investment à reconsidérer ses options. Surtout que l'Etat d'Abou Dhabi a fourni plus de 10 milliards de dollars pour renflouer Dubaï. La crise de Dubaï, essentiellement due à des projets immobiliers grandioses et couteux, amènerait-elle Aabar Investments à reconsidérer ses projets d'investissement ? C'est une hypothèse basse et qui relèverait davantage de l'effet psychologique que d'une approche économique. Abou Dhabi, riche Etat pétrolier, n'est pas fondé sur le même modèle économique aléatoire de son voisin et il développe une gestion plus pondérée que son voisin.

Ce qui conforte l'idée que le projet sera entériné et validé est qu'il dispose d'une assurance forte d'écouler la production.

L'Etat algérien sera le «client»

Brigitte Bertam, porte-parole de l'allemand Daimler, engagé dans le projet, avait noté, en août dernier, que le gouvernement algérien sera le «client» par excellence de la production réalisée dans le cadre de la joint-venture. Le projet avait été annoncé en août dernier alors que le gouvernement algérien venait, quelques jours plus tôt, à travers la loi de finances complémentaire 2009, prendre des mesures spectaculaires de cadrage des importations. La plus importante étant l'interdiction du crédit automobile. Il s'agit d'un accord entre Aabar Investments, le gouvernement algérien et cinq firmes allemandes pour produire jusqu'à 10.000 véhicules par an en Algérie. Si le conseil d'administration d'Aabar Investissements entérine le projet, les travaux pourraient commencer au cours de cette année au niveau de trois sites, Tiaret, Aïn Smara et Oued Hamimime. Jusqu'à présent, aucun chiffre n'a été officiellement rendu public sur la valeur du projet. Un journal d'Abou Dhabi, Al-Rouaya Al Iqtissadia, citant le président d'Aabar, Khadem Al Qubaisi, avait évoqué en août dernier la somme substantielle de 720 millions de dollars.

Un premier succès ?

Al Qubaisi avait pour sa part refusé de confirmer ou d'infirmer le chiffre. Si le chiffre se confirmait, ce serait l'un des plus importants investissements étrangers hors hydrocarbures en Algérie. Jusqu'à présent, les plus importants investissements hors hydrocarbures ont concerné la téléphonie mobile.

Le projet d'Aabar venait à point, dans le sillage de la LFC 2009, pour signifier que le marché automobile algérien n'est plus donné et que ceux qui investissent sur place seront mieux lotis. L'annonce d'un projet d'investissement de Renault en Algérie, confirmé à demi-mot, montre que les mesures prises par les autorités ont été entendues ou commencent à l'être.

Une confirmation demain de l'engagement d'Aabar investments serait un premier succès de la nouvelle politique de substitution des importations qui tente de se mettre laborieusement en place.


Le Quotidien d'Oran
Avatar de l’utilisateur
Djazz
Super Moderateur
 
Messages: 12717
Inscription: 09 Mai 2007, 19:32
Localisation: ActuLand

Re: Joint-venture avec les Emiratis et les Allemands

Messagepar Djazz » 17 Fév 2010, 09:10

Le fonds d'investissement d'Abou Dhabi a dit « oui »: La voiture «made in Algeria» est en route


C'est «oui!». Le Conseil d'administration du Fonds d'investissement public d'Abou Dhabi, AABAR INVESTMENTS PJSC, a approuvé, hier, le projet d'investissement dans le secteur de l'automobile avec l'Allemand Ferrostaal et le gouvernement algérien. Dans un communiqué, Aabar Investments a indiqué que le Conseil d'administration a approuvé la souscription par le Fonds d'une prise de participation de 24,5% dans la joint-venture avec l'allemand Man Ferrostaal et le gouvernement algérien (ministères de l'Industrie et de la Défense). L'approbation concerne la première des trois usines prévues en Algérie sur des sites à Tiaret, Aïn Smara et Oued Hamimine. Le communiqué d'Aabar Investments précise « qu'il ne s'agit que d'un premier pas dans la mise en exécution du mémorandum d'entente entre le Fonds, le gouvernement algérien et Ferrostaal, Rheinmetall, Daimler, Deutz, and MTU ». Ainsi que nous le pronostiquions (Le Quotidien d'Oran du 14 février), le fonds d'investissement d'Abou Dhabi a confirmé son engagement sur le projet prévoyant la construction de 10.000 véhicules en Algérie. Les difficultés financières de la cousine Dubaï n'ont pas eu d'incidence sur les projets d'investissement du Fonds. En précisant que l'approbation de la participation de 24,5% n'est qu'un « premier pas », Aabar Investments montre clairement qu'il n'en restera pas là et que l'objectif est bien de réaliser les trois usines prévues dans le projet. La nouvelle est, en tout cas, très satisfaisante pour le gouvernement algérien. Son option «politique» d'aller vers la création d'une industrie automobile en Algérie même pour briser la logique du tout-import avait rencontré beaucoup de scepticisme. Avec Aabar Investments, se profilent des fleurons de l'industrie allemande. Aabar est, en effet, le principal actionnaire du géant automobile allemand Daimler où il a acquis 9,1% du capital en 2009 pour 2,7 milliards de dollars. D'un autre côté, Abu Dhabi International Petroleum Investment Company, l'un des plus grands intervenants dans Aabar Investments, détient 70% de MAN Ferrostaal qui sera en charge du pilotage de la construction des usines.

En effet, selon les termes de l'accord annoncé en août 2009, MAN Ferrostaal sera responsable du projet, les autres entreprises siégeant dans la joint-venture, en qualité de partenaires technologiques, fournissant les licences et la propriété intellectuelle.

La brèche qui donne à réfléchir

Cette association entre Aabar, les entreprises allemandes et le gouvernement algérien a ouvert une première brèche. C'était en août 2009, quelques semaines seulement avec l'entrée en vigueur de mesures destinées à brider les importations comme le bannissement du crédit auto. Même relativement modeste - 10.000 véhicules par an -, le projet ne pouvait que donner à réfléchir aux constructeurs dès lors que l'Etat algérien, à travers le MDN et sans doute les offices et administrations publics, s'annonçait déjà comme le principal client. En d'autres termes, le gouvernement algérien, outre des incitations fiscales comme un taux de TVA préférentiel et l'exonération de droits de douanes pour les inputs des productions locales, mènerait une politique d'achat en faveur de ce qui est produit localement. Les achats des véhicules de la part des administrations publiques constituent un marché non négligeable.

La brèche Aabar Investments, couplée aux mesures de dissuasion et d'incitation, n'est pas sans lien avec le projet de Renault de réaliser une co-entreprise avec SNVI à Rouïba pour produire quelque 50.000 voitures à destination du marché algérien.

Il est devenu clair, depuis la LFC 2009 et les entraves aux importations, qu'il sera plus rentable de produire sur place. Avec Aabar et Renault, on a les signes Le communiqué d'Aabar ne précise pas où sera installée la première des trois usines prévues, mais il est vraisemblable que ce sera Tiaret où le site est déjà prêt.
Avatar de l’utilisateur
Djazz
Super Moderateur
 
Messages: 12717
Inscription: 09 Mai 2007, 19:32
Localisation: ActuLand


Retourner vers Politique et Economie



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron