L'enfer de la drague au Caire

Guesra à l'algérienne

L'enfer de la drague au Caire

Messagepar finnisher » 27 Mai 2010, 14:12

A nos Soeurs en Algerie; est ce que c'est aussi dur que ça pour vous dans notre pays?
Si c'est le cas, je vous demande pardon au nom de tout les hommes honnêtes et correctes
.



Mardi 25/05/2010 | Posté par Nassira El Moaddem | Partager

Circuler librement dans la capitale égyptienne quand on est une femme relève de l’épreuve. Entre « mots doux », sifflements et mains baladeuses, se promener vous met les nerfs à vif.

Quand on est une femme, on a de quoi être en colère contre le Caire. Y marcher, y faire ses courses, s'y promener, bref sortir relève souvent du parcours du combattant. Je vis désormais dans la capitale égyptienne depuis presque huit mois et pourtant je ne m'y habitue pas. Des regards collants que vous arrivez presque à palper, aux mains baladeuses dans les transports en commun. Du type qui se frotte à vous dans la rue alors que le trottoir est aussi large qu'une voie d'autoroute, aux mots sensés être doux et qui résonnent en vous comme autant d'insultes que l'on vous crache en pleine figure : « Miel », « ma jolie », « viens par ici ma fille ». Ces expressions de la rue de tous les jours je les ai en horreur.

Et il n'y a pas que les blondes aux yeux bleus qui ont le droit à ce traitement. Pour subir ce genre d'humiliation, être de sexe féminin suffit. Avoir 60 ans, porter un voile ou un niqab, être accompagné de son compagnon, de son mari, d'amis : rien ne freine ces excès de libido. C'est le quotidien des femmes du Caire. J'habite à quelques minutes du centre-ville. Le trajet que j’effectue tous les jours entre mon domicile et la fac est loin d'être une partie de plaisir. A 8 heures du matin, les hormones de certains sont déjà en ébullition. Un jour, alors que je me rendais en cours, arrivant à hauteur de la place Tahrir, un des points névralgiques de la capitale, un type s'approche de moi à la vitesse de l'éclair. Il est venu, m'a touchée, a eu son petit quart d'heure américain, son sourire vicieux puis est reparti comme si de rien n'était. Dans ce genre de situation, vous ne comprenez pas pourquoi vous ne faîtes rien, pour quelles raisons vous restez immobiles alors que la rage vous dévore. Vous vous détestez de ne pas avoir su comment réagir, de ne pas vous être révoltée.

En réalité, la scène dure à peine quelques secondes et arrive sans que vous n'y soyez préparée. Et puis que faire? Une autre fois, je me suis mise à crier et j’ai poussé violemment celui qui s'approchait pour me toucher. L'homme très mal à l'aise s'est vite retourné et a fait demi-tour. En guise de réaction, j'ai eu l'audace de croire que le policier qui se trouvait tout près de moi allait pouvoir m'aider. C'était sans compter que lui aussi « avait faim » et qu'en allant le voir il allait me regarder comme un vulgaire bout de viande. C'est un peu ça le sentiment ici, d'être une charogne sur patte, l'objet ambulant de leurs désirs sexuels. Imaginez-vous marcher dans la rue et en voir certains se gratter les parties intimes pendant qu'ils vous regardent passer. Ou encore ce jour où, me promenant avec une amie, nous entendons sortant de la bouche de deux hommes que nous devançons : « Par devant ou par derrière ? » A vous en donner la nausée.

Je parle du Caire mais des histoires à peu près semblables j'en ai vécu dans d'autres villes du monde arabe en Syrie ou au Maroc par exemple. Et, on pourrait parler longtemps de la drague lourde de certains hommes en France, des harcèlements sexuels qui ont cours dans le monde professionnel. L'Europe n'est évidemment pas exempte de ce genre de comportements à l'adresse des femmes. Mais ici, au Caire et notamment dans certains quartiers, le phénomène drague ("mo3akassa") est inscrit dans le quotidien, devenu banal, normal, une sorte de jeu aussi auquel se livre les hommes fatigués d'un quotidien morose et d'une absence d'avenir.

Ce n'est pas encore du harcèlement ("taharuch") même si pour certaines la frontière entre les deux n'est pas si opaque. « Lorsqu'à chaque fois que vous sortez de chez vous, pour vous rendre à n'importe quel endroit, vous devez essuyer les sifflements et les propos obscènes de certains hommes, je pense qu'on est pas loin du harcèlement », me confie Rim, étudiante à l'Université du Caire.

Mais voilà il faut se protéger. Vous vous mettez alors sur la défensive, adoptez une attitude volontairement agressive. Depuis j'ai développé un sens visuel hors du commun : mes radars détectent à distance ceux qui s'aventureraient à s'approcher de moi. Au point parfois peut-être de sombrer dans la paranoïa. Devoir faire tout ce cinéma, m’emmerde, ce n'est pas vous mais au fond on s'en fout, faut se blinder. Je ne compterai pas le nombre de fois où je me suis arrêtée pour insulter celui qui s'amenait vers moi pour tenter quelque chose. Ici, les hommes ont très peu l'habitude que les femmes réagissent en pleine rue.

Du coup, lorsque vous vous retournez pour réagir contre celui qui vient à peine de vous frôler ou de vous lancer je ne sais quel regard obscène ou remarque indécente, et que vous osez lui rappeler son attitude immonde, à 95% des cas vous êtes sûrs que le type va tourner la tête et vous répondre : « Mais c'est pas toi que je regardais. Je parlais à mon ami. » Autant vous dire que la réponse n'aide pas à refroidir vos nerfs. D'abord, on vous atteint dans votre dignité et en plus on se fout ouvertement de vous. Double peine. Et de lui répondre, un peu impuissante, mais de toutes mes forces, un « kelb » (sale chien) sorti du fond du cœur avant de repartir en maudissant la terre entière d'être une femme.

Finalement, j'en suis arrivée à me demander si réagir servait bien à quelque chose. Je ne peux m'empêcher de le faire, c'est plus fort que moi. Je n'ai pas envie de donner l'impression que tout cela est naturel, normal. Et en même temps, je n'y gagne rien : suis énervée, gaspille mon énergie et les gens me prennent pour une folle ! Je comprends de plus en plus celles qui ici font comme si elles n'entendaient rien. On en vient même à apprécier les rames de métros réservées aux femmes.

En arriver là, obligé de séparer les sexes pour éviter tout débordement est un affreux constat d'échec. Ceux qui prêchent les vertus de la mixité, moi la première, auront vite compris qu'ici, il s'agit d'une nécessité qui va au-delà d'une question de confort. Depuis quelques mois se développent des lieux et des modes de transports réservés aux femmes : comme ces nouveaux taxis conduits par des chauffeurs de taxis femmes censés apporter une solution au problème. Reste que pour la majorité des Egyptiens, et donc des femmes, le taxi est un transport coûteux et que les seules alternatives bon marché, celles des bus et minibus bondés, sont largement propices à la promiscuité.

Alors, évidemment, on peut imaginer les raisons d'une telle situation : la frustration sexuelle, le chômage, la crise du logement qui rendent difficiles le mariage des jeunes hommes et retarde encore plus leur vie sexuelle, l'oppression sociale, l'absence de lendemain... En attendant, les associations locales se battent tandis que les autorités semblent faire mine de ne rien entendre. En témoigne une déclaration de Suzanne Moubarak, l'épouse du président qui affirmait en 2009 au journal gouvernemental Al Ahram : « Le harcèlement sexuel ne peut pas être considéré comme un phénomène à cause de quelques incidents isolés. » Circulez donc, y a rien à voir. Très bien, mais si au moins on pouvait circuler tranquillement…

Nassira El Moaddem (Le Caire
Dernière édition par finnisher le 27 Mai 2010, 14:26, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
finnisher
 
Messages: 2474
Inscription: 04 Aoû 2007, 16:04
Localisation: Fi Darna

Re: L'enfer de la drague au Caire

Messagepar AlStorm » 27 Mai 2010, 14:22

C'est quoi l'utilité d'un article pareil ???
Attention question piège à ce gentil petit monsieur du nom de finisher, essayez de répondre dignement sans vous emporter ...
Avatar de l’utilisateur
AlStorm
 
Messages: 67
Inscription: 27 Mai 2010, 09:52

Re: L'enfer de la drague au Caire

Messagepar finnisher » 27 Mai 2010, 14:32

l'utilité c'est de prévenir nos femmes contre les délinquants quand elles vont prendre le future métro et tramway construit par Alst(r)om. lol
Avatar de l’utilisateur
finnisher
 
Messages: 2474
Inscription: 04 Aoû 2007, 16:04
Localisation: Fi Darna

Re: L'enfer de la drague au Caire

Messagepar Tata » 27 Mai 2010, 14:37

Ca arrive malheureusement aussi à d'autres endroits , heuresement que je serai morte d ici le lancement de la ligne

heureuse de te lire finnisher
Avatar de l’utilisateur
Tata
 
Messages: 678
Inscription: 11 Avr 2007, 13:00
Localisation: Ou croyez-vous que je suis ?

Re: L'enfer de la drague au Caire

Messagepar finnisher » 27 Mai 2010, 14:43

Merci Tata, allah yetawal fi 3amrek comme ça on fera tous une ballade en métro+tramway.
Avatar de l’utilisateur
finnisher
 
Messages: 2474
Inscription: 04 Aoû 2007, 16:04
Localisation: Fi Darna

Re: L'enfer de la drague au Caire

Messagepar Mata Hari » 27 Mai 2010, 15:07

C'est marrant, en lisant l'article, j'ai complètement oublié qu'elle parlait du Caire, je revoyais Alger dans ce qu'elle décrivait, et je peux te confirmer qu'il est bel et bien question de harcèlement, parce que les algériens ne lâchent pas aussi vite!!!
Bref, j'attends le jour ou j'aurai l'occasion de bien me défendre, je ne raterai pas cette belle opportunité de pourrir la vie a un pervers, qu'il paye pour tous les autres. Crois moi, j'attends ça depuis des années, et je me réjouirai de sa souffrance. J'en rêve!!!
Mata Hari
 
Messages: 1719
Inscription: 27 Mai 2006, 23:56
Localisation: Alger

Re: L'enfer de la drague au Caire

Messagepar finnisher » 27 Mai 2010, 15:16

j'arrive pas a croire que ça se passe comme aussi a Alger, j'aimerais avoir des témoignages objectifs svp les filles !!!!
Avatar de l’utilisateur
finnisher
 
Messages: 2474
Inscription: 04 Aoû 2007, 16:04
Localisation: Fi Darna

Re: L'enfer de la drague au Caire

Messagepar alassade » 27 Mai 2010, 15:53

finnisher a écrit:A nos Soeurs en Algerie; est ce que c'est aussi dur que ça pour vous dans notre pays?
Si c'est le cas, je vous demande pardon au nom de tout les hommes honnêtes et correctes
.



Pourquoi "les hommes honnêtes et correctes" demandent pardon à la place de ces salauds dragueurs sauvages ? :angry: je refuse !!!
Avatar de l’utilisateur
alassade
 
Messages: 1308
Inscription: 24 Mar 2006, 12:19

Re: L'enfer de la drague au Caire

Messagepar Mata Hari » 27 Mai 2010, 16:26

Tu sais, ça fait partie de notre quotidien, donc des témoignages, y'en a des tonnes!!!!

Exemple, quand j'étais étudiante, au début du printemps, tu sais, ces jours ou tu ne sais pas quoi porter parce que tu sais pas si il fera chaud ou frais. Je suis sortie en ville pour acheter un cadeau de naissance. Je portais un long manteau noir et un chèche, mais il faisait vraiment chaud, et j'osais pas les enlever par peur d'avoir des ennuis (quand je sors en ville je fais très attention a ce que je porte, justement pour ça (j'ai même toute une panoplie cache formes). Donc je transpirais, j'avais vraiment chaud mais je supportais juste pour qu'on me laisse tranquille.

La y'a un imbécile qui s'est mis a me suivre, en me diasnt des obsénités, mais des trucs tellement dégoutants, que tu te sens sale en entendant ça, en plus ils s'approchent discrètement et te le murmurent a l'oreille, donc je fais celle qui n'a rien entendu, je ne le regarde même pas, et je suis mon chemin parce que bien entendu, dans ce genre de situations tu ne sais pas quoi faire, comme le disait la journaliste, tu es impuissant, en plus tu n'as pas le droit de réagir, parce que si tu le fais, c'est toi qui es pointé du doigt.
Donc j'ai la merveilleuse idée de m'éterniser dans les magasins espèrant que le prédateur allait perdre patience, mais non, il m'attendait dehors. J'ai donc changé mon itinéraire (je n'osais pas emprunter les petites ruelles par peur de me faire agresser). Et la VICTOIRE je croise un ami avec qui je me mets a discuter, ce qui décourage l'imbécile qui me suit depuis keche 1 heure. Après les salamalek d'usage, je poursuis mon chemin, et la HOP! un autre pervers qui prend la relève, donc kif kif, même rengaine, avec en prime une voiture qui ralentit, biensur l'autre qui me suit me traite de 7daydia comme il disait, parce qu'une voiture avait ralenti....
Je sentais monter la frustration, parce que je supportais une forte chaleur, juste pour qu'on me fiche la paix, et ça ne marchait pas.
Dépitée, j'annule mes achats et je décide de rentrer chez moi, le gars continue a me suivre, j'ai peur qu'il prenne le même bus que moi (il pouvait en profiter pour tenter un rapprochement) j'étais vraiment effrayée, parce qu'il me décrivait en détail ce qu'il voulait me faire.
J'arrive au premier mai, aux arrêts de bus, et la je vois un flic, je vais le voir en lui expliquant que le gars me suivait, qu'il me disait des obscenités et qu'il me menaçait, et le flic n'a rien trouvé de mieux que me dire ou weche n'dirlou dourk anaya?
Ça a été le coup de grâce, j'étais a bout de nerfs, une jeune fille me remarque et vient me demander si tout va bien, et j'éclate en sanglots dans ses bras, des larmes de frustration, de rage, de désespoir, de tout ce que peut ressentir une femme harcelée!
Elle et ses copines sont restées avec moi, et j'ai appelé mon frère qui est tout de suite venu me chercher.

Je tiens a préciser que je ne suis pas particulièrement belle, ça arrive a toutes les femmes, je ne me maquille pratiquement pas, ma coiffure se résume a attacher grossierement mes cheveux, je ne suis vraiment pas coquette, pas de talons, en fait j'ai rien qui pourrait particulierement attirer l'attendtion, mis a part le fait que je sois une femme...
Mata Hari
 
Messages: 1719
Inscription: 27 Mai 2006, 23:56
Localisation: Alger

Re: L'enfer de la drague au Caire

Messagepar Mata Hari » 27 Mai 2010, 16:32

Encore une autre histoire, une de mes amies de fac, une fille qui portait le voile, long, noir, sans aucun artifice (je donne ces précisions parce que notre société retrograde rejette la faute sur les femmes, en disant qu'on provoque les hommes), a pris le bus, ce genre de bus avec de très grands sieges, un gars est venu s'asseoir a coté d'elle, elle ne comprenait pas vraiment pourquoi, vu que le bus était pratiquement vide. Elle a le reflexe de se pousser pour éviter qu'il y ait un contact physique, le gars se rapproche encore d'elle. Alors la elle se leve pour changer de place, et il lui sort un cran d'arret, le lui met contre son flanc et lui dit loukane t'noudi ngat3ak.
Elle était pétrifiée, elle a subi des attouchements durant tout le trajet, incapable de se défendre, elle se contentait de pleurer en silence.
Mata Hari
 
Messages: 1719
Inscription: 27 Mai 2006, 23:56
Localisation: Alger

Re: L'enfer de la drague au Caire

Messagepar Mata Hari » 27 Mai 2010, 16:47

Tout ça sans parler du module que j'ai été obligée de zapper a la fac parce que le prof me faisait des clins d'oeil en plein cours, ou alors du comptable de la ou je bossais, qui quand je suis allée dans son bureau pour recevoir ma première paye m'a demandé un bisou en échange de mon enveloppe (je peux t'assurer qu'il a passé un sale quart d'heure)
Mata Hari
 
Messages: 1719
Inscription: 27 Mai 2006, 23:56
Localisation: Alger

Re: L'enfer de la drague au Caire

Messagepar finnisher » 27 Mai 2010, 16:47

Ce que je voudrais savoir Mata si ces mésaventures regrettable et detestables sont fréquentes, systématique est ce que ça arrive a chaque fois qu'une fille sort en ville?
Car la différence est là, si c'est systématique c'est que les pervers comme celui que ton chemin a croiser sont partout et là c'est plus grave.
des trucs moche ça peu arriver n'importe qui, personnelllement quand j'étais jeune (22, 23ans) je me suis fais tripoter par un PD dans un bus ça m'a choquer et je m'en souviens jusqu'a aujourd'hui.
ce que je voudrais par le temoignage de nos filles du forum c'est de savoir si la mésaventure comme celle vécue par toi est systématique.
Concernant les mots qui sont pas obscène que sussurent quelques jeunes aux oreilles des filles, je penses que c'est pas dramatique et que ça reste toujour de la drague et qu'on peu pas assimilier ça a du harcèlement.
Avatar de l’utilisateur
finnisher
 
Messages: 2474
Inscription: 04 Aoû 2007, 16:04
Localisation: Fi Darna

Re: L'enfer de la drague au Caire

Messagepar Mata Hari » 27 Mai 2010, 16:59

Je t'ai dit, ça fait partie du quotidien, au point ou tu anticipes, tu sors de chez toi, tu saus exactement ce qui va t'arriver.
Je suis une personne très souriante, je souris tout le temps, c'est ma marque de fabrique, je suis connue pour ça, mais tu me verrais dans la rue, visage fermé, limite agressive!!!
Je ne suis jamais sortie tranquillement, aussi loin que remontent mes souvenirs, quand je sortais a alger avec mon mari, je stressais, parce que j'avais droits a des manifestations tres suggestives et j'avais peur que mon mari voit ça et que ça déclenche une bagarre.
Ensuite il faut faire la différence entre drague, blague et harcèlement.
La drague, c'est un gars normal qui tente sa chance poliment, tu lui dis non, ou bien tu l'ignores, il s'arrête, ça c'est pas embêtant.
Parfois y'en a qui blaguent, surtotu quand c'est un groupe de jeunes, tu as droit a des commentaires sur tes cheveux ou tes vêtements, ou je ne sais quoi d,autre, ils se moquent de toi et crois moi, c'est souvent très drole, d'ailleurs souvent je me retiens de ne pas rire (pas de dsara), ça reste de l'humour, il faut avoir un certain sens de l'autodérision pour l,accepter, et pour ça y'a vraiment aucun soucis, c'est des jeunes qui s'ennuient et qui ont un bon sens de l'humour.
Et enfin, tu as les obscènités, qu'on subit comme des agressions, et ça crois moi c'est insupportable, c'est une atteinte a l'integrité des femmes, que ce soit verbalement ou physiquement, parfois c'est juste des gestes (exactement comme ce que décrivait la journaliste), c'est SYSTÉMATIQUE personne n'y échappe: blonde, brune, rousse, noire, hijab, pas hijab, djelbab, belle, moche, banale, grosse. maigre, tout le monde y passe et c,est inacceptable.
Encore une fois j'insiste sur le fait que ce sont des agressions morales et non pas de la drague.
Mata Hari
 
Messages: 1719
Inscription: 27 Mai 2006, 23:56
Localisation: Alger

Re: L'enfer de la drague au Caire

Messagepar Mata Hari » 27 Mai 2010, 17:08

Petite anecdote: une patiente a mon père porte le niqab, les gants, on ne voit vraiment rien de rien!
eh ben elle m'a raconté qu'elle se faisait harceler parce que ces imbéciles supposent qu'elle se couvre le visage parce qu'elle est très belle. alors ils ne la lâchent pas!
Mata Hari
 
Messages: 1719
Inscription: 27 Mai 2006, 23:56
Localisation: Alger

Re: L'enfer de la drague au Caire

Messagepar finnisher » 27 Mai 2010, 17:12

Mata Hari a écrit:Je t'ai dit, ça fait partie du quotidien, au point ou tu anticipes, tu sors de chez toi, tu saus exactement ce qui va t'arriver.
Je suis une personne très souriante, je souris tout le temps, c'est ma marque de fabrique, je suis connue pour ça, mais tu me verrais dans la rue, visage fermé, limite agressive!!!
Je ne suis jamais sortie tranquillement, aussi loin que remontent mes souvenirs, quand je sortais a alger avec mon mari, je stressais, parce que j'avais droits a des manifestations tres suggestives et j'avais peur que mon mari voit ça et que ça déclenche une bagarre.
Ensuite il faut faire la différence entre drague, blague et harcèlement.
La drague, c'est un gars normal qui tente sa chance poliment, tu lui dis non, ou bien tu l'ignores, il s'arrête, ça c'est pas embêtant.
Parfois y'en a qui blaguent, surtotu quand c'est un groupe de jeunes, tu as droit a des commentaires sur tes cheveux ou tes vêtements, ou je ne sais quoi d,autre, ils se moquent de toi et crois moi, c'est souvent très drole, d'ailleurs souvent je me retiens de ne pas rire (pas de dsara), ça reste de l'humour, il faut avoir un certain sens de l'autodérision pour l,accepter, et pour ça y'a vraiment aucun soucis, c'est des jeunes qui s'ennuient et qui ont un bon sens de l'humour.
Et enfin, tu as les obscènités, qu'on subit comme des agressions, et ça crois moi c'est insupportable, c'est une atteinte a l'integrité des femmes, que ce soit verbalement ou physiquement, parfois c'est juste des gestes (exactement comme ce que décrivait la journaliste), c'est SYSTÉMATIQUE personne n'y échappe: blonde, brune, rousse, noire, hijab, pas hijab, djelbab, belle, moche, banale, grosse. maigre, tout le monde y passe et c,est inacceptable.
Encore une fois j'insiste sur le fait que ce sont des agressions morales et non pas de la drague
.

C'est cette dernière situation dont je voulais savoir si c'est vécu au quotidien car les dsara des jeunes on y assiste tout les jours et comme tu dis c'est limite loufoque et ça on en voit tout les jours, mais personnellement pour la dernière situation j'avoue que je n'en vois pas souvent, je ne dis pas que c'est pas vrais, nuance mais personnellement je n'en vois pas très souvent.
j'attends l'intervention des autres filles pour débattre de ce problème.
Avatar de l’utilisateur
finnisher
 
Messages: 2474
Inscription: 04 Aoû 2007, 16:04
Localisation: Fi Darna

Suivante

Retourner vers El Kheyma



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron