Chants religieux du Djurdjura

N'oubliez pas votre lampe de chevet

Chants religieux du Djurdjura

Messagepar Yacine » 30 Nov 2012, 20:18

Chants religieux du Djurdjura
Youssef Nacib


Image


Anonymes témoins de la ferveur populaire-de tradition orale-, ces chants religieux ont été collectés dans les hameaux haut-perchés du massif du Djurdjura, au nord de l'Algérie.

Poésies mystiques, chants hagiographiques et chants funèbres, à travers eux, c'est non seulement une sensibilité religieuse qui s'exprime, mais aussi une appréhension de la vie et de la mort et une vision du destin. Ils confirment qu'aujourd'hui encore demeure l'élan populaire de la foi, malgré les transformations de la modernité.

Youssef Nacib est Docteur ès Lettres de l'université de Paris, maître de conférence à l'université d'Alger, sociologue.



Image
Dernière édition par Yacine le 27 Mai 2015, 23:17, édité 1 fois.
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Re: Chants religieux du Djurdjura

Messagepar Yacine » 30 Nov 2012, 20:19

Je m'en vais


Image


Je m'en vais cette fois-ci.
Mes amis pardonnez-moi,
Je n'ai que trop vécu dans ce pays.

Je veux prendre le chemin de Tunis,
Faire visite au sanctuaires,
Et aux saints libres comme le vent.

Mon âme saigne et mon coeur pleure.
Je souffre dans ma chair,
Et ne résiste qu'à grande-peine.

Errants et fous de Dieu,
Et vous, saints pleins de mérite,
Je m'en remets à vous partout.

Seigneur qui déplace les vents,
De grâce libère notre condition.
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Re: Chants religieux du Djurdjura

Messagepar Yacine » 30 Nov 2012, 20:34

Rendons grâce au Prophète sans défaut


Image


Rendons grâce au Prophète sans défaut,
Mohamed, le modèle des êtres.
Il est le fils de Hachem et Adnan.
Son visage rayonne plus que le clair de lune.
Il est aimé du maître des mondes
Qui l'a comblé de noblesse alors qu'il n'était pas né.

Dieu, c'est Toi que nous implorons
Comme nous quêtons l'intercession du Prophète.
Montre-nous la voie de la tradition
Et éloigne-nous des mécréants.
Bienheureux celui que Dieu aime
Car Il guide avec sa science.

Je vous dirais, ô disciples :
Cette vie ressemble à un songe.
Nous privilégions l'éphémère
Et délaissons l'essentiel,
Je dirais quand il sera tard :
Je servirais Dieu si je pouvais deux fois naître.

O Seigneur clément et miséricordieux ,
Je T'implores par les auteurs d'actions complètes.
Mais imitons-les et soyons pieux,
Pleurons pour être exaucés
Car le jugement peut s'appliquer ici même
Sans le report de nos dettes.
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Re: Chants religieux du Djurdjura

Messagepar Yacine » 30 Nov 2012, 20:42

Me voici ivre de joie


Image


Me voici ivre de joie
De franchir le col à l'aube.

J'aperçois le mausolée du Prophète.
Sa coupole resplendit au milieu du halo.

Je rends mille grâces à Dieu
D'être monté, m’appuyant sur les grilles de ce tombeau.
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Re: Chants religieux du Djurdjura

Messagepar Yacine » 30 Nov 2012, 21:28

Bel oiseau, sois mon messager


Image
Chemin en Kabylie, Charles AGLIETTI (1878-1956)


Bel oiseau, sois mon messager,
Va jusqu'au meilleur des prophètes (sur lui la paix)
Porte-lui mon salut et prie-le d'exaucer nos prières,
En sauvant le croyant égaré
Que la crue du péché emporte.

Calme-toi mon coeur, je t'en prie;
Dans le chant ponctuel de Dieu,
Prends le chemin des veilleurs permanents
Qui jeûnent trente jours par mois.
Ceux-là siègent auprès du Prophète
En vérité, non en rêve.

Voilà les hommes, les vrais,
Et non ceux qui vivent d'interdit.
Ils pèsent leurs mots et leurs actes,
Et attendent toujours la mort.
Ils seront comblés au Paradis
Dans des palais au bord du fleuve.

La faucheuse n'avertit pas
De sa venue, ô croyant sensé !
Songe à ce jour où l'on creusera
La sombre sépulture où tu seras enfoui.
Le méchant alors perdra la parole
Quand il verra la lance de l'ange de la mort.

Je plains qui est englué dans ses plaisirs,
Car le diable le guide aux mors.
Quand flotteront les oriflammes de la foi,
Il ne sera pas admis dans l'Eden.

Le démon qui l'a vendu
S'est fait son guide spirituel.

Je t'implore, mon Dieu, par le fils de Hachem,
Par les compagnons qui l'ont soutenu,
Par les prophètes,
Par Ton amour nous aimons :
Offre-moi le Paradis,
Ainsi qu'à tout ceux qui m'écoutent.
Dernière édition par Yacine le 04 Mar 2013, 19:55, édité 1 fois.
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Re: Chants religieux du Djurdjura

Messagepar Yacine » 01 Déc 2012, 00:24

Dites-moi, saints de toutes parts


Image


Image
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Re: Chants religieux du Djurdjura

Messagepar dziri » 01 Déc 2012, 12:56

Merci du partage Yacine
Avatar de l’utilisateur
dziri
 
Messages: 9082
Inscription: 04 Nov 2007, 12:54
Localisation: BXL

Re: Chants religieux du Djurdjura

Messagepar Yacine » 01 Déc 2012, 20:55

Tout le plaisir est pour moi Dziri

La prière est un trésor


Image

La prière est un trésor.
Louez, ô croyants, le Prophète…
Qui chante ses louanges assure son destin ;
Et Dieu le compte au nombre des élus.
Le prophète l’aura précédé
Au jour du jugement.

O croyants ! la mort est proche,
Cette vie ressemble à un songe.
Semblable je suis au voyageur détaché
Que son groupe a laissé solitaire
Là, où le crépuscule le surprend,
Il s’arrête avec le soleil.
Nous n’avons pas foi ainsi
Et pensons rattraper la vie.
Chacun énumère ses désirs
En écoutant ses penchants.
L’homme tremble quand arrive la fauchèse,
Lui qui a cédé au vent mauvais.

En ce siècle de désordre,
J’ai pitié des croyants sincères.
Puisque la bonne foi est battu par l’impoosture
Qui l’a jetée bas ;
Puisque l’ivrogne prêche,
L’alcool est-il licite en Islam ?

La meilleure des religions,
Voici qu’impardonnable nous la foulons.

C’est par l’étudiant et le disciple
Que commence le malheur.
Enfants et vieillards
Vénèrent Satan qui les guide.

Quelle réplique au soir du jugement
Donnerons-nous devant le Prophète
Qui, dans ses larmes, implore Dieu en faveur des fidèles ?
Mais quand le démon dresse les hommes,
Ils acceptent de l’échanger contre le Prophète.

Je t’implore par le Coran,
Toi qui défais les noeux gardiens.
Il est écrit, par la plume du destin,
Que le Seigneur sauve ce qu’Il aime.
Fais ce que ma langue professe la foi
Et inscris mon nom en Eden.
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Re: Chants religieux du Djurdjura

Messagepar Yacine » 01 Déc 2012, 22:41

Image

Image

Image
Dernière édition par Yacine le 05 Fév 2013, 20:51, édité 1 fois.
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Re: Chants religieux du Djurdjura

Messagepar Yacine » 03 Déc 2012, 21:33

Mon coeur, tu n'es guère éduqué.


Image


Mon coeur, tu n'es guère éduqué.
Je te redis sans cesse
De demeurer vigilant.
Je vois partout actions pieuses,
Et moi je m'égare
En commettant faute sur faute.
Tandis que le miel coule dans la cire,
Moi qui suis distrait,
Me voici pressant des plaques de liège.


J'ai tellement envie de chanter


Image


J'ai tellement envie de chanter
Mais la glue me ligote les ailes.

Je supplie ceux qui prient tous les matins de l'aube,
Après des ablutions faites à l'eau glacée,

De prendre le misérable par la main
Et d'essuyer ses larmes.
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Re: Chants religieux du Djurdjura

Messagepar Yacine » 06 Déc 2012, 21:56

Yacine a écrit:Image


Voici l'enregistrement d'un chant dont chaque couplet commence par l’énonciation d'une lettre de l'alphabet arabe. Mais je ne saurais dire s'il s'agit de "La prière en alif" (ci-dessous), ou seulement une version de celui-ci. Ou encore si cette structure est récurrente dans les chants religieux du Djurdjura.



La Prière en Alif

Ma prière débute en alif.
Je loue le Prophète sans ombre,
Qui soulage de ses peines la communauté.
Son corps est fait de lumière,
Mais hélas ! nous avons oublions sa tradition
Jusqu'à devenir mécréants.

Ma prière débute en ba.
Prophète je t'appelle car je suis dans la détresse.
Ta communauté est aveuglée par l'argent et l'injustice,
Au point que tu auras honte de nous rencontrer.
Le tombea nous sera amer,
La clémence divine seule pourra nous délivrer.

Ma prière débute en ta.
Et la crainte me fait trembler.
j'ai vu mon coeur tout joyeux,
Alors que ma sépulture sera sombre.
Dieu y sera notre seule compagnie.
Priez-le, quitte à miauler comme les chats.

Ma prière débute en tha.
Nul ne peut abuser Dieu
Qui nous dit : "Homme ne change pas, tel le caméléon,
Car tu es sous Ma protection.
Si tu oublies le Prophète,
Tu seras l'allié de Satan."

Ma prière débute en jim.
Voici des temps effrayants.
Ceux qui renient leur racines
Sont moins sensés que les chats.
Avez-vous donc juré fidélité au diable
Qui vous fait agir comme ses valets ?

Ma prière débute en ha.
Pour le salut des croyants.
Nous payons nos fautes avant la tombe :
Seigneur allège-les pour le mérite des hommes pieux.
Nos plaintes nous Te les apportons,
Ne nous laisse pas entre les mains d'ignorants.

Ma prière débute en kha.
J'implore les amis les saints.
Mon coeur fond tel de la cire.
Quand du tombeau je me souviens,
J'ai foi que la justice règnera
Et tes plaies y seront pensées.

Ma prière débute en dal.
Disciple, prémunis-toi
Contre l'ange terrifaint de la mort
Dont le maître seul peut te protéger.
Si tu es pur, il te guidera,
Sinon il ne verra pas même ton visage.

Ma prière débute en dhal.
Ainsi vois-tu donc tes limites.
Qu'as-tu pris comme viatique
Pour affrointer le terrible ange de la mort ?
Cruel sera l'exil sous terre,
Si Dieu ne pardonne tes actions.

Ma prière sera en ra.
O disciple ! entr'aidons-nous.
Le croyant vit sa passion
Dans l'exercice pieux quotidien,
Mais la gloire, la gloire et la perte
Ecartent du prophète et mènent en Enfer.

Ma prière sera en sin.
Et mon souci est écrasant.
car grande sera la peur du tombe
Quand sous terre je serai solitiare
L'on me demandera, en arabe :
"Qu'as-tu donc ramené de ta vie trompeuse ?"

Ma prière sera en ta.
Mon coeur est souffrant dans un corps en ruines.
Lorsque je songe à la tombe,
Mes frères, j'en oublie le fil du débat.
Dire que je vais quitter mes enfants
Et tous mes meilleurs amis !

Ma prière sera en dha.
Ami, je médite sans cesse.
Quand je songe au tombeau
Je dis : "Grand est Dieu l'Unique !"
Le bonheur aura duré un jour
Et tous les jours mon oreiller sera la terre.

Ma prière sera en qaf.
Le croyant sage doit prévoir
Le jour où on le déposera dans la fosse,
Son corps si beau deviendra laid.
Mais que sommes-nous, hommes imparfaits ?
Dire que le Prophète si cher nous a quittés !

Ma prière sera en lam.
Il n'est pas de soins dans la tombe.
L'ange de la mort saisit
Le riche comme le pauvre.
Malheur à qui adore des pierres,
car son dernier voyage sera fort agité.

Ma prière sera en mim.
Prophète, viens à nous qui trimons.
Si nous t'avions délaissé,
Nous aurions goûté la victoire,
Mais les flammes infernales menacent.
Je plains le croyant qui en sera témoin.

Ma prière sera en nun.
O soldat de notre voie,
Votre mission vous attend,
Tolba et khouan engagés,
Conseillez les hommes distraits.
Tel est le message prophétique.

Ma prière sera en çad.
O disciple de notre Voie,
Chacun de vous est bâtisseur,
il sait qu'il ne s'endort pas.
Qui a reçu l'enseignement mystique
Sait que ce mal vient du démon.
Dernière édition par Yacine le 05 Fév 2013, 21:03, édité 1 fois.
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Re: Chants religieux du Djurdjura

Messagepar Yacine » 08 Déc 2012, 22:06

La ilaha illa Llah


Image


Allah, Allah, Allah
Il n'y a de dieu que Dieu.
Allah, Allah, Allah
Dont Mohamed est le messager.

Qu'il est reposant de te chanter, Prophète,
O toi que nous aimons sans t'avoir jamais vu.

Je t'implore par tes valeureux compagnons
Et tous les saints charismatiques.

Que dans l'obscur tombeau
Ta lueur, ô Prophète, nous éclaire.

Que tu y sois mon compagnon,
Car là-bas il n'y a point d'amis.

A l'ange de la mort explique ma vie,
O Prophète, toi qui soulage toute souffrance.

Je prononce sans cesse la chahada
Que je veux dans la tombe emporter avec moi.

Quand seront pesés mes péchés,
Prophète, je t'implore, sois à mes côtés.

Que nos péchés soient grands, qu'importe,
Puisque ton mérite nous rachètera.

Mon espoir s'appelle ta protecion,
Blotti, je demeure sous le pan de ton manteau.

Tous ceux qui invoquent ton nom
N'en retirent que profit.

Heureux, ils seront dans la mort,
Alors que ce monde est fugace.

Ecoutez-tous, ô croyants,
Et ralliez la bonne voie.

Car les ans coulent, la vie s'égrène,
Le jour vécu ne peut renaître.
Et que l'islam habite nos vie;
Il nous soutiendra devant Dieu.

Oh ! quand la faucheuse se présente
Et s'empare même du riche !

Qui, malgré sa fortune,
La suit docilement,

Laissant sa maison, ses terres,
Qu'il ne peut emporter.
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Re: Chants religieux du Djurdjura

Messagepar Yacine » 09 Déc 2012, 16:50

Les fautes de la vie


Image


Allah, Allah
Il n'y a de DIeu que Dieu
Allah, Allah,
Mohamed est son messager

La vie dissimule ses fautes
Et abuse tous ses amis.
Elle séduit nombre de gens,
Ceux qui cèdent aux tentations.

Toute trompeuse qu’elle peut être,
La mort talonne de près.

Les retardataires même arrivent.
La faucheuse un jour survient.

La nuit du tombeau est rude.
Le croyant, tôt, s’en préserve.

Celui qui n’y songe pas,
Y rencontre quand même ses actes.

Car il se retrouve dans ses rets,
Là où ses paient les fautes.

La mort est cruelle pour ceux qui qu’elle touche ,
Qui n’a pas connu sa morsure ?

Celui qu’elle atteint vacille,
Triste est toujours son cœur.

On appelle l’"homme sans raison",
Le fou qui abandonne son ouvrage.

Celui que le Malin ne peut vaincre ,
Grâce à son éducation.

Chaque jour a pour lui son lot de bonnes actions
Et ses prières sont faites aux heures rituelles.

Il se prosterne en prière toute la nuit,
Pour Dieu il oublie le sommeil.

Le viellard aux nombreuses années
A une chevelure blanche comme une toison.

Il abandonne le temps des passions
Sans prononcer la chahada pour l’au-delà.

Il convoite encore les plaisirs du monde,
Ne quêtant que bonne chère.

On le voit comptant ses jours,
Car la mort se dresse devant lui.

Sitôt atteinte les limites prédestinées de sa vie,
Son page s’arrêtera à ce qu’il a vécu.

La mort le fauchera où qu’il soit :
En vérité la tombe sera sa vraie demeure.

Le milieu du monde s’est renversé,
Mais lui vaque à ses travaux courants.

Il pense que la mort est encore loin,
Aussi néglige-t-il son âme.
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Re: Chants religieux du Djurdjura

Messagepar Yacine » 06 Jan 2013, 15:41

Nous sommes, bonnes gens, prostrés
(Epoque coloniale)


Image

Tombe de Lalla Fatma N'soummer, "louée pour son courage mais surtout pour sa foi".


Nous sommes, bonnes gens, prostrés.
Par Dieu les affaires vont mal !
Le croyant renie sa foi
Et délaisse la prière pour les fêtes.
Il se dresse contre le Prophète
Et marche dans les pas de Satan.

Le croyant souffre sans cesse
Puisqu'il fait nuit à midi.
Nul n'écoute plus les savants,
Tandis que prêchent les ignorants.
Mais Dieu observe le pêcheurs
"Dormeurs ! ouvrez donc les yeux !"

La sagesse appartient à Dieu,
Lui seul est important.
Homme, toi qui descends d'Adam,
Fais le bien que tu retrouveras,
Deux fois châtié sera le malfaisant,
Ici-bas puis dans l'au-delà.

Mais notre sort va vers un mieux
Grâce aux mérites des justes.
Nous avons fui la gueule du serpent.
C'est que seul le destin tue.
Les mécréants ont été brisés le soir
A la vue du croissant et de l'étoile.

Il nous faut mener de front
Et la religion et la vie.
Le nom de l'Islam est grand,
Ses arbres portent leurs fruits.

Mais puisque nous sommes alliés aux infidèles,
Tristes dans la tombe sont les compagnons du Prophète.

Que d'hommes ont péri sous les décombres,
Ayant perdu la parole à jamais?
Nous avons vécu une heure heureuse,
La chose prêtée est rendue.
Nous aurons en partage les jardins de l'Eden
Et ne reviendront plus au Paradis.

j'implore votre assistance, ô saints guérisseurs !
Soignez mon coeur blessé.
Je t'implore mon Dieu, par l'archange,
Et le Prophète de l'Islam.
Ta communauté est souffrante;
Délivre-nous des crocs de l'ogresse.

Cessons donc nos babillages,
le silence, lui, est bon.
les hommes quêtent le malheur;
Ils se brûlent et, riant, vont vers le feu.
C'est que le Français habite leurs coeurs,
Puisqu'ils s’acharnent à être fils de la France.

Ils négligent la religion,
Alors que le Seigneur voit tout.
Le démon les a trahis
Et leur a fixé des limites.
mais qui va contre Dieu
Cogne son front au rocher.

Si l'infidèle est plus chanceux,
la lumière de l'Islam s'éteindra.
Secouez-nous, connaisseurs des secrets.
Ô saints, fussiez-vous hommes ou femmes,
Et vous les maîtres soufis,
Ô saint Ben Abderrahmane.

Je suis sensible aux vieillards,
Quant aux jeunes, ils endurent l'opprobre.
Et que leur nom est souillé !
Que répondront-ils
Le jour du Jugement ?

Les croyants ont vécu leur temps
Et n'ont pas connu cette vie étriquée.
Ils ont pratiqué l'Islam dans l'exil,
Dieu leur a envoyé de la compagnie.
Les malfaisants se repentiront
En arrivant au port.

Prophète, je t'implore par tes proches,
Qui n'ont ni péché ni offensé ton nom.
Par ceux qui t'aiment
Et prennent part aux cercles des chanteurs,
Fais chuter sans plus attendre le mécréant qui domine.
Dernière édition par Yacine le 19 Sep 2014, 18:19, édité 1 fois.
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Re: Chants religieux du Djurdjura

Messagepar Yacine » 05 Fév 2013, 22:17

Mon coeur, tu dois t'en aller


ImageZaouia Al Hamel (confrérie Rahmaniyya)


Mon coeur tu dois t'en aller
Avec des compagnons sûrs :
Les maîtres qui donnent un nom,
Les saints des mausolées,
Et le Prophète Abou el-Qacem
Dont le nom est gravé dans les cieux.

Ô Créateur de la vie, sans cesse je T'implore,
Toi dont le pouvoir ne peut se mesurer.
Tu as créé le Musulman mais aussi le mécréant
Qui végète semblable au bétail.
Celui que tu aimes aura sa récompense
Puisque tu l'as mis dans la bonne voie.

Quand la Voie des maîtres était active,
Rayonnante de lumière et semblable au soleil,
Le maître au pouvoir si grand
N'y introduisait pas le premier venu.
Ceux qui pouvaient y entrer
Mettaient leur confiance en Dieu.

Cette Voie est bien tracée,
Éclairée doucement par l'amour, la lueur.
Chaque fidèle, comme le savant,
S'abreuve à l'océan de lumière.
Durant les nuits de jeûne,
Il chante jusqu'à l'ivresse de la majesté de Dieu.
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Suivante

Retourner vers Culture et Littérature



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités