Extrait de l'oeuvre de Frithjof Schuon (Aïssâ Nur ed-Din)

Spiritualité et méditation dans le respect et la tolérance

Extrait de l'oeuvre de Frithjof Schuon (Aïssâ Nur ed-Din)

Messagepar Yacine » 17 Mar 2013, 17:26

Image

« Tout est fini. J’ai suffisamment joui de l’Europe. Elle m’a repoussé comme de la poussière. La semaine prochaine je serai déjà en Algérie, sans le moindre espoir terrestre, même sans argent. Qu’importe ? »

Lettre du 21 Février 1932

Image


Science

« Je prends refuge auprès du Seigneur
Devant un savoir qui m’est inutile. »
Ainsi parla le Prophète.
Demande aux savants:
A quoi vous sert ce que vous savez d’Antarès ?
L’astronomie : ne soyez pas trop zélés;
Que la terre est ronde, vous pouvez le savoir,
Car c’est évident et a aussi son sens;
Laissez les Andromèdes fuir dans le néant.

Image

Images primordiales

Les personnes aimées sont inscrites dans les étoiles,
Peintes dans l’espace profond;
Elles étaient déjà, avant de devenir terrestres —
Les Noms divins sont leur archétype.
En les aimant, tu aimes Dieu, que tu le saches
Ou non. En aimant Dieu, tu les aimes —
Car elles sont des images que le Très-Haut créa
De la profondeur de Sa Nature — tu ne sais point
Comment l’appeler? Dieu est incommensurable:
L’Un est l’Infini — écoute donc
L’énigme — Il est d’une insondable richesse,
Sans que pour autant l’Être Un se multiplie.

Image

Cogitatio

Si tu es célèbre comme d’autres le furent avant toi —
Qui demandera après toi dans cent mille ans?
Si tu es méprisé, comme beaucoup le sont —
Cela importe-t-il, si le Seigneur t’est favorable?
« Tout est vanité » a dit un sage roi;
Il était avec Dieu. —
Les applaudissements du monde sont peu de chose.

Image

Caritas

Toi qui pries dans la solitude, ne pense pas
Que tu sois seul; pour d’autres aussi,
Que tu ne connais pas, ta prière est un bien,
Une bénédiction et un devoir.
Le Souvenir de Dieu, tu le dois au Très-Haut,
Ensuite à toi-même aussi bien qu’au prochain.
L’endroit où vous vous arrêtez pour le Seigneur
Est comme un pôle autour duquel tourne le monde.

Image
Dernière édition par Yacine le 13 Aoû 2013, 22:39, édité 1 fois.
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Re: Extraits de l'oeuvre de Frithjof Schuon

Messagepar Yacine » 04 Juil 2013, 16:02

De l'unité transcendante des Religions (1948)

"Si nous parlons d'unité transcendante, nous voulons dire que par là l'unité des formes religieuses doit être réalisée d'une façon purement intérieure et spirituelle, et sans trahison d'aucune forme particulière. Les antagonismes de ces formes ne portent pas plus atteinte à la Vérité une et universelle que les antagonismes entre les couleurs opposées ne portent atteinte à la transmission de la lumière."

Image


Ce livre est le plus important pour aborder avec sérieux la pensée de Frithjof Schuon.


L'aspect ternaire du monothéisme
Chapitre VI, Pages 136 et 137


"Nous pourrions aussi dire ceci : l'équilibre des deux aspects divins de la Rigueur et de la Clémence constitue l'essence même de la Révélation mouhammédiene, et c'est en cela que celle-ci rejoint la révélation abrahamique; et quant à la Révélation christique, si elle affirme sa supériorité par rapport à la Révélation mosaïque, c'est parce que la Clémence est principiellement et ontologiquement "antérieure" à la Rigueur, comme l'atteste l'inscription du Trône d'Allah : "En vérité, Ma Clémence précèda Ma Colère" (Inna Rahmatî sabaqat Ghadabî). Le monthésime, révélé à Abraham, possédait en parfait équilibre l'ésotérisme et l'exotérisme, et dans une certaine mesure en indistinction primordiale, bien qu'il ne s'agisse là toutefois que d'une primordialité relative aux seules religions de souches sémitique; avec Moïse, c'est l'exotérisme qui pour ainsi dire devient tradition, en ce sens qu'il détermine la forme de cette dernière, sans porter préjudice à son essence; avec le Christ, c'est, dans le même sens, mais appliqué inversement, l'ésotérisme qui en quelque sorte devient tradition à son tour; par Mouhamed enfin, l'équilibre initial est rétabli, et le cycle de la Révélation monothéiste est clos. Ces alternances dans la Révélation intégrale du monothéisme procèdent de la nature même de celui-ci et ne sont donc pas imputables aux seules vicissitudes des contingences; la "lettre" et l'"esprit" étant compris systématiquement dans le monothéisme primordial ou abrahamique, ils devaient se cristalliser en quelque sorte, par différenciation et successivement, au cours du cycle de la Révélation monothéiste, l'Abrahamisme devant manifester l'équilibre indifférencié de l'"esprit" et de la "lettre, le Mosaïsme la "lettre", le Christianisme l'"esprit" et l'Islam l'équilibre différencié de ces deux aspects de la Révélation."


Image
- Schuon et la mosquée Koutoubia de Marrakech (XIIème siècle)
Débutée par les berbères Almoravides et remaniée par les berbères Almohades.
Cette mosquée est l'oeuvre la plus représentative de l'art de ces derniers.


Christianisme et Islam
Chapitre VII, Pages 150 et 151


"Ceux qui croient devoir dénier au Prophète de l'Islamisme toute légitimité en invoquant des arguments moraux oublient volontiers que la seule question qui doive se poser est celle de savoir si Mohamed était ou non inspiré de Dieu, et non pas s'il était ou non comparable à Jésus ou conforme à telle morale établie; lorsqu'on sait que Dieu permit aux hébreux la polygamie et ordonna à Moïse de faire passer la population chananéenne au fil de l'épée, la question de la moralité de ces façons d'agir ne se pose en aucune manière; ce qui compte est toujours exclusivement le fait de la Volonté divine dont le but est invariable, mais dont les moyens ou modes varient en raison de la diversité indéfinies des contingences. On reproche volontiers, du côté chrétien, des faits tels que la destruction de la tribu des Qoraïdites; mais on oublie que tout Prophète d'Israël aurait agi plus durement que lui, et l'on ferait bien de se rappeler comment Samuel, sur l'ordre de Dieu agit à l'égard des Amalécites et de leur roi. Le cas des Qoraïdites comme celui des Pharisiens offre d'ailleurs un exemple du "discernement des esprits" qui se produit en quelque sorte automatiquement au contact d'une manifestation de Lumière; quelque neutre que puisse paraître un individu aussi longtemps qu'il se trouve placé dans un milieu chaotique ou indifférencié, milieu dont le monde proche-oriental du temps de Mohammed fournit une image bien caractéristique- et cette image correspond d'ailleurs à celle de tous les milieux où doit s'épanouir une réadaptation religieuse-, quelque amoindrie, disons-nous, ou quelque réduite à un état latent que puisse paraître la tendance fondamentale d'un individu dans un milieu d'indifférence spirituelle, cette tendance s'actualisera spontanément devant l'alternative qui se pose au contact de la Lumière; et c'est ce qui explique pourquoi, lorsque les portes des Cieux s'ouvrent au jaillissent de la Révélation, les portes des enfers s'ouvrent également, de même que, dans l'ordre sensible, une lumière projette une ombre.

Si Mohammed avait été un faux prophète, on ne voit pas pourquoi le Christ n'aurait pas parlé de lui comme il a parlé de l'Antéchrist; mais si Mohammed est un vrai Prophète, les passages sur le Paraclet doivent infailliblement le concerner- non pas exclusivement mais éminemment- car il est impossible que le Christ, en parlant de l'avenir, ait passé sous silence une apparition d'une telle dimension; c'est encore cette dimension qui exclut a priori que le Christ, dans ces prédictions, ait pu englober Mohammed dans la désignation générale des "faux prophètes", car Mohammed n'est aucunement, dans l'histoire de notre ère, un exemple parmi d'autres d'un même genre, mais au contraire une apparition unique et incomparable; s'il avait été un des faux prophètes annoncés, il aurait été suivi par d'autres, et il y aurait de nos jours une multitude de fausses religions postérieures au Christ et comparables par leur importance et leur extension à l'Islamisme. La spiritualité au sein de l'Islamisme, des origines jusqu'à nos jours, est un fait indéniable, et "c'est à leurs fruits que vous le reconnaîtriez"; d'autre part, on se souviendra de que le Prophète a porté témoignage, dans sa doctrine même, de la seconde venue du Christ, sans s'attribuer à lui-même une gloire quelconque, si ce n'est celle d'être le dernier Prophète du cycle; et l'histoire est là pour prouver qu'il a dit vrai, aucune apparition comparable à lui ne l'ayant suivi."
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou


Retourner vers Religions, Idéologies et Philosophie



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités