Ibn Khaldoun : Le miracle du Coran

Spiritualité et méditation dans le respect et la tolérance

Ibn Khaldoun : Le miracle du Coran

Messagepar Yacine » 16 Jan 2014, 21:15

Extrait de la Mouqaddima

Section I, Discours préliminaire VI

Image

Manuscrit coranique kairouanais, X° siècle


Par Ibn Khaldun

Éminent historien, théoricien des civilisations, diplomate et juriste islamique du XIVème.
Né à Tunis dans le Maghreb des dynasties islamo-berbères Hafside, Zianide et Mérénide.
Mort au Caire.


Image

"Sachez bien que le miracle le plus grand, le plus éclatant, le plus péremptoire, c’est le noble Coran, que notre prophète a reçu du ciel. En effet, la plupart des manifestations surnaturelles n’arrivent pas simultanément avec les révélations dont les prophètes reçoivent communication ; pour qu’elles témoignent de la vérité d’une révélation, il est évident qu’elles ne doivent se présenter qu’après ; or le Coran est, non seulement une révélation, ainsi que le Prophète l’a allégué, mais aussi un miracle tout à fait extraordinaire. Ce livre porte en lui-même la preuve de son inspiration et n’a aucun besoin d’une preuve extrinsèque telle que les miracles venant à l’appui d’une révélation divine. Il est lui-même la preuve la plus claire, étant à la fois la preuve et la chose prouvée.

Telle est l’idée que le Prophète a exprimée dans ces termes : "Chaque prophète a reçu des signes manifestes qui inspirent la conviction aux hommes ; mais ce que j’ai reçu, moi, c’est une révélation. Aussi j’espère qu’au jour de la résurrection j’aurai une suite plus nombreuse qu’aucun autre prophète." Par ces mots il donnait à entendre qu’un miracle aussi évident, aussi convaincant que le Coran, livre qui, par sa nature, est la révélation même, devait porter la conviction dans beaucoup d’esprits, en sorte que le nombre des croyants et des fidèles deviendrait très grand ; voilà ce qu’il a voulu désigner par le mot suite ou peuple. Du reste, le Très-Haut en sait plus que nous.

Ces observations démontrent que, de tous les livres divins, le Coran est le seul dont le texte, paroles et phrases, ait été communiqué à un prophète par la voie de l’audition. Il en est autrement à l’égard du Pentateuque, de l'évangile et des autres livres divins : les prophètes les reçurent par la voie de la révélation et sous la forme d’idées. Revenus ensuite de leur état d’extase et rentrés dans l’état normal de l’humanité, ils revêtirent ces idées de leurs propres paroles. Aussi le style de leurs écrits n’offre-t-il rien de miraculeux. C’est au Coran seul qu’appartient ce caractère. De même que les autres prophètes reçurent leurs livres sous la forme d’idées, le nôtre reçut sous la même forme un grand nombre de communications qui se trouvent dans les recueils de traditions.

Que le texte du Coran lui soit venu par la voie de l’audition, cela est prouvé par cette parole qu’il rapporte dans les mots mêmes de son Seigneur : "N’agite pas ta langue avec trop d’empressement ; c’est à nous de les rassembler et de les lire" (Coran LXXV, 16-17). Ces versets lui furent communiqués à cause de son empressement à répéter les passages du Coran qu’il venait d’entendre et de sa crainte de les oublier ; il s’efforçait de fixer et de garder [hafiz] dans sa mémoire les communications divines qu’il recevait par la voie de l’audition, mais Dieu lui épargna cette peine en lui adressant ces paroles : "C’est nous qui avons fait descendre le mémorial et c’est nous qui en serons les gardiens" (Coran XV, 9). Cela indique parfaitement la nature de la garde dont le Coran jouit d’une manière spéciale ; elle diffère tout à fait de l’action de garder dans la mémoire, bien que cela ne soit pas l’opinion généralement reçue. Dans le Coran, un grand nombre de versets témoignent que ce livre fut communiqué au Prophète sous la forme d’une Lecture faite à haute voix, et dont chaque sourate était un miracle qui surpassait le pouvoir des hommes.

Parmi les miracles les plus grands qui distinguent notre prophète, on doit compter le Coran et la facilité avec laquelle il rallia tous les Arabes à sa cause. On aurait vainement dépensé tous les trésors du monde afin de mettre d’accord les diverses tribus arabes ; Dieu seul pouvait le faire et il l’accomplit. Que le lecteur fasse attention à ces remarques, il reconnaîtra, dans ce que nous venons d’indiquer, une preuve évidente de la supériorité de notre prophète sur tous les autres et de la prééminence du rang qu’il occupe parmi eux."
Yacine
 
Messages: 3972
Inscription: 11 Avr 2010, 15:11
Localisation: Nabi nemchilou

Retourner vers Religions, Idéologies et Philosophie



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité