"Mondial 2014", sachons raison garder!

C'est ici qu'on mouille le maillot

"Mondial 2014", sachons raison garder!

Messagepar Youcef BENBIGA » 07 Juin 2014, 15:41

Cinq jours nous séparent de l'ouverture officielle du Mondial 2014 au Brésil qui voit les 32 équipes qualifiées multiplier les matchs amicaux pour arriver au top le jour J. Parmi elles, l'Algérie, l'un des cinq pays africains et accessoirement... arabe.

Cela dit, notons que l'Algérie ne s'est sans doute jamais trouvée aussi proche d'une qualification au second tour. Ce qui fait rêver les Algériens. Mais pour que le groupe reste uni, il faudrait aussi que les commentateurs, consultants et autres «spécialistes» restent zen et mettent un bémol à leurs critiques, souvent infondées, contre un entraîneur, en passe de réussir ce sur quoi ses prédécesseurs ont buté: passer au second tour. Or, plutôt que d'encourager le travail jusqu'ici effectué, nombre de «spécialistes» font la fine bouche et trouvent à redire tant sur ce que fait l'entraîneur que sur la qualité de ses joueurs.

Critiques amplifiées et parfois soutenues par la presse écrite et des médias tentés plus par le scoop qui fait vendre, que l'information juste et fondée. A moins que - sous le couvert de «critiques» plutôt acerbes - l'on ne veuille prendre des revanches sur le sort et sur des échecs répétés non assumés. Etait-il temps, en effet, à quelques jours du début du Mondial au Brésil, de remettre en cause l'entraîneur national, ses choix tactiques, techniques comme celui des joueurs? Dès lors, les sorties d'entraîneurs nationaux (anciens ou en exercice) et d'anciens joueurs internationaux, outre la zizanie, ne font que contribuer à déstabiliser, voire décourager, le Club Algérie, par des appréciations peu amènes qui, en plus, remettent à l'ordre du jour le clivage entre joueurs locaux-joueurs émigrés. Pourtant, ce sont ces joueurs émigrés qui ont redonné des couleurs à l'Equipe nationale.

A trois reprises, nous avons buté sur ce second tour. Or, pour la première fois, l'Algérie tombe sur un groupe équilibré où ne figure aucune grande nation du football. Ni les formations belge, russe ou sud-coréenne ne sont supérieures à celle de notre pays. De plus, elles n'ont pas plus d'expérience que l'EN algérienne et les quatre formations partent en fait, à égalité, même si les bookmakers donnent la Belgique favorite. Faut-il alors estimer, comme déjà le supputent d'aucuns, que c'est le fait que l'Algérie a cette fois des chances de passer à ce second tour, devenu une hantise nationale, qui fait cogiter dans le landerneau? Surtout avec - c'est grave - à sa tête un entraîneur étranger? Voilà donc qui est insupportable! On a ainsi effacé des mémoires, le fait que la meilleure Equipe nationale qui ait jamais participé à un Mondial - avec 6 points, éliminée par la triche de l'Allemagne et de l'Autriche - est l'équipe de 1982 dont l'entraîneur en chef, qui la qualifia au Mondial espagnol, a été un étranger, le Russe Evgueni Rogov, auquel on a substitué en dernière minute deux coentraîneurs algériens. Rafraîchissons aussi les mémoires quant au travail titanesque fourni en 1975-1980 par le Yougoslave Zdravko Rajkov qui mena les Fennecs en finale de la CAN en 1980 au Nigeria.

Ce n'est peut-être pas le meilleur moment pour rappeler de tels faits, mais face à la levée de boucliers, contre le travail de Vahid Halilhodzic, il fallait sans doute remettre quelque peu les choses à l'endroit. La magnifique prestation de l'Equipe nationale en 1982, est d'abord et avant tout le fruit du travail en profondeur effectué par Rajkov, ensuite par Rogov, qui ont donné ses lettres de noblesse au football algérien.

Pour ce qui est des joueurs professionnels algériens, ne nous cachons pas la réalité de ce qu'est le championnat dit «professionnel» local incapable de produire des équipes compétitives pour les différents championnats africains. Depuis 1979 et l'unique qualification des juniors pour le Mondial japonais, aucune des équipes de jeunes - benjamins, cadets, juniors...- n'a pu se qualifier aux compétitions africaines, encore moins au Mondial de leurs catégories respectives. Maintenant, regardons la réalité en face, quel est le niveau réel du championnat «professionnel» algérien? Où sont les centres de formation? Les stades et les infrastructures d'accompagnement, le budget de fonctionnement en phase avec les impératifs du professionnalisme? Tout cela n'existe pas en Algérie. Les Fennecs qui défendront nos couleurs au Brésil, sortent tous des centres de formation des clubs français. C'est cela la triste vérité, certes cruelle, mais ce sont des faits.

C'est encore plus pénible quand certaines «stars» autoproclamées exigent un salaire d'un demi-milliard de centimes par mois alors qu'elles n'ont rien prouvé dans leur domaine. Aussi, commençons par donner du sens aux milliards que l'Etat distribue au profit des clubs qui n'ont su rien donner à l'Equipe nationale. Alors, sachons raison garder.


jlc_2008@live.fr
youcefbenbiga@yahoo.fr
youcef.benbiga@gmail.com
Avatar de l’utilisateur
Youcef BENBIGA
 
Messages: 27
Inscription: 11 Mai 2014, 21:46
Localisation: Tlemcen

Retourner vers Sport



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron