une petite histoire svp

Spiritualité et méditation dans le respect et la tolérance

Messagepar Dûne » 26 Sep 2006, 19:53

dzprincesse a écrit:
messager a écrit:
dzprincesse a écrit:merci messager et saha aftourak et radhanak aussi... :wink:


braka allah fieke dzprincesse.... saha ramedanek aussi.

mais radhetini rire anti........loukerine wacah galooooo


jai pas compris messager mais oua fika baraka mon frere... :wink:


ce n'ai pas grave princesse ......... :wink:

sauf ça m'enerve que je mange au taf tout seul :( :( :(
Avatar de l’utilisateur
Dûne
 
Messages: 1381
Inscription: 26 Juin 2006, 19:35
Localisation: mars

Messagepar Dûne » 27 Sep 2006, 15:36

salem alekom.

le pauvre.


Un jour, un père d'une famille très riche emmena son fils afin de lui faire visiter la campagne. Le but était de montrer à son fils comment les personnes pauvres vivent afin qu'il soit reconnaissant envers sa richesse. Ils ont donc passé deux jours et deux nuits dans une ferme dont on disait que la famille était très pauvre.

Sur le retour de leur voyage, le père demanda à son fils :
" Comment s'est passé ton voyage ? "

Son fils répondit : " C'était très bien, Papa. "

Son père lui dit : " As-tu vu la condition dans laquelle sont ces pauvres gens ? "
" Oh oui ! " lui répondit son fils.

Son père lui demanda : " Qu'as tu donc appris pendant ce voyage ? "

Son fils lui répondit : " J'ai vu qu'ils avaient 4 chiens et nous n'avons qu'un.

Nous avons une piscine qui arrive au milieu de notre jardin et ils ont une crique dont on ne voit pas la fin.

Nous avons installé des lanternes dans notre jardin et ils ont les étoiles, la nuit.

Notre patio se limite à la cour et ils ont tout l'horizon.

Nous avons un petit morceau de terrain pour vivre et ils ont des champs qui s'étendent à perte de vue.

Nous avons des serviteurs pour nous servir et ils servent les autres. Nous achetons la nourriture et ils produisent la leur.

Nous avons des murs autour de notre propriété afin de nous protéger et ils ont des amis pour les protéger.

" Après ces mots, le père fut sans voix.

Et le fils rajouta : " Merci papa de m'avoir montrer combien nous étions pauvres. "
Avatar de l’utilisateur
Dûne
 
Messages: 1381
Inscription: 26 Juin 2006, 19:35
Localisation: mars

Messagepar dzprincesse » 27 Sep 2006, 16:09

merci messager pour cette histoire ... :wink:
Avatar de l’utilisateur
dzprincesse
 
Messages: 3187
Inscription: 21 Mai 2006, 02:47

Messagepar Dûne » 28 Sep 2006, 14:26

salem alekom.

L'Âne, le fermier et son fils...

Un beau matin de printemps, un fermier et son fils emmenaient leur âne au marché pour le vendre.

Le père et son fils marchaient et l'âne les suivait. A peine avaient ils fait quelques pas qu'ils rencontrèrent un groupe de filles marchant dans la direction opposée.

" Regardez-les ! ", s'est exclamée une des filles en montrant le fermier du doigt. " Qu'ils sont idiots! Ils marchent à pied alors qu'ils pourraient monter sur leur âne! "

Entendant cela, le vieil homme dit tranquillement à son fils de monter à l'arrière de l'âne puis ils continuèrent leur chemin en direction du marché.
Ils passèrent devant un groupe d'hommes assis sur le côté de la route et le fermier entendit un des hommes dire : " Les jeunes n'ont plus aucun respect pour leurs vieux parents de nos jours. Faites descendre ce garçon paresseux pour reposer les jambes de son père! "

Le fils descendit alors d'un bond et son père pris sa place.

Bientôt ils croisèrent des femmes avec leurs enfants. " Regardez cet homme cruel! " se sont-elles écriées! " Il marche si rapidement que le pauvre garçon peut à peine le suivre

Le fermier s'est alors arrêté et a soulevé le garçon pour le mettre derrière lui.

Ils continuèrent leur chemin et étaient presque arrivés au marché quand un commerçant les arrêta.

" Est-ce votre âne? " a-t-il demandé.

" Oui, " a répondu le fermier.

" Et bien je suis choqué de la façon dont vous le traitez ", a répondu le commerçant. " Deux personnes à l'arrière d'un âne, c'est trop! Il va sûrement mourir de cette façon. Vous devriez plutôt le porter! "

Suite à ce conseil, le fermier et son fils descendirent de l'âne, lui lièrent ses pattes et le portèrent. Mais l'âne refusa d'être ainsi porté et, luttant à coups de pattes, il cassa la corde qui tenait ses pattes puis tomba dans une rivière près de la route et se noya. Le fermier n'ayant rien pu faire, il retourna bredouille à la maison.

" La prochaine fois, " dit le fermier en colère, " je ferai ce qu'il me plaît !"

Morale de l'histoire :

"Quoi que tu dises, quoi que tu fasses,
les gens trouveront toujours à redire...
Alors oeuvre selon le desir de Dieu
Avatar de l’utilisateur
Dûne
 
Messages: 1381
Inscription: 26 Juin 2006, 19:35
Localisation: mars

Messagepar Dûne » 02 Oct 2006, 17:06

salem alekom.


Une lettre d'une mère à son fils


Mon fils cette lettre est de ta pauvre mère. Je l'ai écrite avec pudeur après une longue hésitation. J'ai pris plusieurs fois le stylo mais mes larmes l'ont emprisonné. J'ai retenu mes larmes plusieurs fois, mais les blessures du cœur ont surgi.

Mon fils après cette longue vie, je te regarde en tant qu'homme parfait, raisonnable et plein d'émotion ...Je considère qu'il est de mon droit que tu prennes le temps de lire ces quelques pages. Après cela, déchire les comme tu as déchiré mon cœur.

Mon fils il y a vingt cinq ans c'était un grand jour dans ma vie, quand le médecin m'a affirmé ma grossesse ! Les mères, mon fils, connaissent bien le sens de ces mots ! C'est un mélange de joie et de bonheur et le début de souffrances causées par les changements biologiques et physiques ... après cette bonne nouvelle, je t'ai porté pendant neuf moi.j'ai porté la joie dans mon ventre, je me levais avec difficulté, je dormais avec difficulté, mais tout cela n'a rien changé à l'amour que je porte pour toi. Au contraire l'amour s'est renforcé de plus en plus avec le temps et l'envie de te voir encore plus. Je t'ai porté jour après jour, souffrance après souffrance et peine après peine. Ma joie était grande à chaque mouvement, à chaque prise de poids et tout cela était lourd à supporter.
Une longue période de souffrance éclairée par une lueur de joie en cette nuit où je n'ai pas dormi, ou la douleur, la peur, l'émotion que je n'arrive pas à décrire ni à exprimer m'ont envahi. L'extrême douleur m'a empêchée de pleurer en regardant la mort de près plusieurs fois .Enfin venant au monde, tes cris enlevant toute peine et douleur, accompagnaient mes larmes de joie. Je me suis penchée difficilement pour t'embrasser avant que tu ne sois touché par une simple goutte d'eau.

Mon fils les années sont passées et je t'ai toujours eu dans mon cœur, je t'ai lavé de mes propres mains, mes jambes et mes bras étaient ton berceau quand je veillais pour que tu puisses dormir. Je me suis fatiguée et je me suis surpassée pour que tu sois heureux ; Ma seule joie était de te voir sourire. Et ma joie de toute instant était que tu puisses me demander un service, c'était mon bonheur. Les soirées sont passées ainsi que les jours et moi toujours à tes services, une mère infatigable et ouvrière sans répit priant Dieu toujours pour toi qu'il te comble de bonheur et de prospérité .Je t'ai observé jour après jour jusqu'à ce que tu sois devenu un jeune homme, prenant par la suite la carrure d'un homme soudain je me retrouve à te chercher à droite et à gauche la femme que tu as demandé. Le jour de ton mariage est arrivé où le cœur serré, j'ai caché mes larmes de joie pour ta nouvelle vie ainsi que ma grande tristesse suite à notre séparation.
Les heures pesantes sont passées, les moments s'écoulaient doucement soudain j'ai découvert que tu n'étais plus le fils que j'ai connu. Le sourire a disparu, ta voix a disparu, tu es devenu distant, tu m'as oubliée et ignorée. J'ai attendu ton retour ; espérant entendre au moins ta voix, mais ton absence a duré et les jours identiques se succédaient.
J'ai observé longuement la porte mais tu n'es pas venu. J'ai couru comme une folle après chaque coup de téléphone ...Les nuits sont devenues de plus en plus sombres ...Les journées s'allongeaient de plus en plus, sans te voir ni t'entendre. Ainsi tu as ignoré et méprisé celle qui s'est occupé de toi durant tout ce temps.

Mon fils, je ne demande que peu de choses considère moi comme l'un de tes amis ou du moins comme les moins estimés de tes amis. Ajoute moi dans ta liste mensuelle : une visite par mois.

Mon fils mon dos s'est courbé, mes membres commencent à trembler, les maladies m'ont encombrées, les handicaps m'ont visité de très près car je bouge difficilement... J'ai du mal à m'assoire et malgré tout cela mon cœur ne cesse de battre pour toi.
Je pense que si un jour quelqu'un te rendait service, tu l'aurai remercié! Mais ta mère l'a fait pendant des années. Alors où sont la récompense et la fidélité envers ta mère !!!

Mon fils tu ne peux pas savoir ma joie quand j'entends dire que tu es heureux .Je suis émerveillée car tu es mon invention. Q'ai-je fais pour devenir ton ennemie?? Ai-je commis une erreur envers toi ou ai-je refusé de t'aider un jour?? considères moi comme une femme de ménage avec un salaire. Offre moi une part de ta bonté car Dieu aime les bienfaiteurs.

Mon fils j'espère te revoir, je ne veux que cela. Laisse moi voir ton visage même dans les moments les plus terribles.
Mon fils mon cœur est brisé, mes larmes ont coulés et toi tu vis ta vie en m'ignorant. Les gens témoignent encore de ta bonne éducation et de ta bonté.
Mon fils, n'est-il pas temps pour que ton cœur réagisse face à cette mère affaiblie et pleine d'espoir de te revoir, attristée, renfermée et abandonnée loin des siens.
Mon fils frappe à la porte du paradis avec le sourire et pardonne! pour l'amour de Dieu comme dit le hadith (Le père est la porte du milieu du paradis , à toi de choisir de la garder ou de la perdre)

Je te connais depuis si longtemps , tu aimes les bons gestes et tu es toujours à la recherche des bonnes œuvres, mais aujourd'hui tu as oublié le hadith (qu'il soit humilié, humilié , humilié celui qui dont le père et la mère , ou l'un d'eux , atteint la vieillesse auprès de lui et il ne mérite pas d'entrer au paradis .)

Où sont les bons gestes ? Mon fils je ne lèverai pas le ton de plainte afin qu'elle n'arrive pas aux cieux et que la colère de Dieu puisse tomber sur toi comme la foudre. Non je ne le ferai pas car tu es toujours mon fils. Ma raison d'être dans la vie. Réveille toi, les cheveux blancs commencent à couvrir ta tête bientôt tu seras vieux et tes enfants te récompenseront de la même manière et tu écriras avec des larmes ces lettres que je suis entrain d'écrire maintenant.
Et devant Dieu nous nous retrouverons un jour! Mon fils aies crainte de Dieu. Le paradis se trouve aux pieds de ta mère.
Fais un geste envers ta mère afin de la rendre heureuse sinon déchire cette lettre et rappelle toi qu'un bon geste est en ta faveur et qu'un mauvais geste te retombera dessus et t'en subira les conséquences.

Wa alaikoum salam wa rahmatoulah wa barakat


D'après Abu Dhar, le Messager de Dieu (que Dieu le bénisse et le salue) a dit : "Bienheureux est certes, celui qui a purifié son coeur par la foi, qui a rendu son coeur sain, sa langue sincère, son âme apaisée, sa conduite droite, son oreille audiente et son oeil voyant. Ainsi l'oreille écoute et l'oeil se réjouit de ce que le coeur comprend. Bienheureux, alors, est celui qui a rendu son coeur conscient" (Rapporté par Ahmed et Al-Bayhaqi).
Avatar de l’utilisateur
Dûne
 
Messages: 1381
Inscription: 26 Juin 2006, 19:35
Localisation: mars

Messagepar Dûne » 12 Oct 2006, 16:19

salem alekom.


Je reviens d'un long voyage où Allah a décrété que mon siège dans l'avion devait être près d'un groupe de jeunes hommes insouciants dont les rires et voix étaient trop forts, et l'air rempli de nuages de fumée du fait de leurs cigarettes. Par la sagesse d'Allah, l'avion était complètement plein et je ne pouvais pas changer de place.

J'ai essayé de m'échapper du problème par le sommeil, mais c'était impossible... Puis lorsque cela était trop, j'ai sorti mon Mus-haf (copie du Qur'aan), et ai commencé à lire ce que je pouvais du Qur'aan dans une voix douce. Peu après que ces jeunes hommes ont commencés à diminuer le bruit, certains d'entre eux ont commencé à lire des journaux, et d'autres sont tombés endormi.

Soudainement l'un d'entre eux dits dans une voix forte, bien qu'il était assis à côté de moi : "Assez! , Assez , Assez!"

J'ai pensé que je l'avais dérangé parce que ma voix était trop forte, ainsi j'ai lui ai fait des excuses et ai continué lire dans un chuchotement que seul je pourrais entendre. Je l'ai vu tenir sa tête dans des ses mains; alors remuant dans son siège, se déplaçant beaucoup, il a soulevé sa tête et m'a dit en colère, "s'il vous plaît, arrêtez, je n'en peux plus là !"

Alors il s'est levé de son siège et s'est éloigné pendant un moment, puis il est revenu, m'a salué avec des Salam, et m'a fait des excuses. Il est tombé silencieux, et je n'ai pas su ce qui c'est passé. Mais après un moment il s'est tourné vers moi avec ses yeux pleins de larmes et m'a dit dans un chuchotement, "pour trois années ou plus je n'ai pas mis mon front par terre, et je n'ai même pas lu un aayah !

Pendant tout un mois j'ai été en voyage, et il n'y a aucune action mauvaise que je ne me suis pas livrée dedans. Alors je vous ai vu faire la lecture du Qur'aan, mon monde est devenu noir et mon coeur s'est remplis de désespoir. Je me suis senti comme si quelqu'un m'étranglait... J'ai senti chaque aayah que vous lisiez descendre sur mon corps comme un fouet.

Je me suis demandé, pour combien de temps cette négligence continuera-t-elle ? D'où ce chemin te mènera ? Que se produira t-il après ce jeu idiot ? Alors je suis allé aux toilettes, savez-vous pourquoi ? J'ai eu envie de pleurer fort, et je ne pouvais trouver aucun endroit ailleurs pour me cacher de la vue des personnes!"

Je lui ai parlé d'une façon générale au sujet du tawbah (repentance) et du retour de nouveau à Allah, puis il est tombé silencieux.

Quand l'avion a débarqué, il m'a arrêté, et il m'a semblé que il a voulu rester loin de ses compagnons. Il m'a demandé, avec une expression sérieuse sur son visage : "Vous pensez qu'Allah acceptera mon repentir?" J'ai dit : "si vous êtes sincère et sérieux dans votre repentance, alors Allah pardonnera tous vos péchés."

Il a dit, "mais j'ai fait des choses terribles, très terribles."

J'ai dit, "n'avez-vous pas entendu ce qu'Allah indique :

Dis : «Ô Mes serviteurs qui avez commis des excès à votre propre détriment, ne désespérez pas de la miséricorde d'Allah. Car Allah pardonne tous les péchés. Oui, c'est Lui le Pardonneur, le Très Miséricordieux».

Je l'ai vu sourire de joie, avec ses yeux remplis de larmes, alors il m'adresse des adieux.

Subhana Allaah al-'Azeem!




Moralité : Quelque soit la grandeur du mal et des péchés d'un homme, au fond de son coeur il reste une graine de qualité. Si seulement nous pouvons l'atteindre et la développer, elle porterait ses fruits, INSH Allah.

Cette graine de la qualité combat toujours au coeur de l'homme, même lorsqu'elle est couverte par des couches de caprices et de désirs. Quand Allah veut du bien pour sa Créature, il fait briller la lumière de la guidance dans son coeur et le mène au chemin de ceux qui sont guidés.

Allah indique :

« Et puis, quiconque Allah veut guider, Il lui ouvre la poitrine à l'Islam. Et quiconque Il veut égarer, Il rend sa poitrine étroite et gênée, comme s'il s'efforçait de monter au ciel. Ainsi Allah inflige Sa punition à ceux qui ne croient pas. »
Avatar de l’utilisateur
Dûne
 
Messages: 1381
Inscription: 26 Juin 2006, 19:35
Localisation: mars

Messagepar Dûne » 20 Nov 2006, 19:39

salem alekom.

Sheikh Maalik ibn Dinar (ra) était un des grands saints de son époque. Dans sa jeunesse il n'était pas un homme pieux, bien au contraire. Lorsqu'ensuite on lui demandait de raconter comment il avait changé, il narrait cette histoire :

" J'étais un policier dans ma jeunesse, et j'aimais beaucoup boire du vin comme un "trou". Je buvais jour et nuit, et je menais une vie dissolue.

J'ai acheté une belle esclave et avec elle j'ai eu un enfant.

Lorsqu'elle commenca à marcher et à parler, je l'aimais encore plus.

Elle avait cependant une étrange habitude: quand elle me voyait boire du vin, elle arrachait mon verre de mes mains et le jetais sur mes habits.

Mais je l'aimais tellement que je ne la grondait pas. Malheureusement, lorsqu'elle eut deux ans, elle mourrut et je fus abattu de tristesse et de douleur. Un soir, le 15éme shaabane, j'étais ivre, et j'allais dormir sans lire la salat de Icha.

J'ai fait un horrible cauchemar dans lequel c'était le jour du jugement ; les morts sortaient de leur tombe, et j'étais avec ceux qu'on emmenait vers la plaine des Hachare. J'entendis le bruit de quelque chose qui me suivait; en regardant derrière moi je vis un horrible et monstreux serpent qui courrait derrière moi cherchant à m'attraper.

Le serpent avait des yeux bleux perçants, sa gueule était grande ouverte et il vociférait aprés moi, trés furieux. Je courrais trés vite, tant j'avais peur et le serpent se rapprochait de plus en plus de moi, je désespérais de ma vie.

Je vis un vieil homme, élégament vêtu et dont l'entourage était parfumé. Je le saluai et il répondit à mon salam. Je lui dis :" Pour l'amour d'Allah ! Aide moi dans cette difficulté !!" Il dit : " Je suis trop faible face à un ennemi si puissant ! Cela est au dessus de mes capacités.

Mais continue de courrir, tu trouveras peut être une aide plus au devant." Courrant follement je découvris une falaise devant moi et je l'escaladais; arrivé en haut, je vis le feu flamboyant de l'enfer, avec ses horribles scénes de châtiments. Mais j'étais tellement terrifié par le serpent que je continuais à courrir tant que j'eus peur de tomber dans ce précipice.

J'entendis alors une voix qui criait : "Retourne en arriére tu n'es pas de gens de l'enfer!". Je retournais et courrus dans la direction opposé. Le serpent pris la même direction et continua de courrir derriére moi.

Je revis à nouveau le vieil homme vêtu de blanc et je lui dis: "O vieil homme ne peux tu pas me sauver de ce pyton ? Je te l'ai déjà demandé mais tu as refusé !"

Le vieil homme pleura et dit :" Je suis trop faible pour t'aider contre un si puissant serpent. Mais je peux te dire qu'il y a une colline prés d'ici ou se trouve les dépôts gardés des musulmans; Si tu y vas tu trouveras peut être quelque chose qui t'appartient qui te sauvera de ce serpent."

Je courrus vers la colline qui était escarpée, elle avait beaucoup de rideaux de fenêtres ouvertes.
Les fenêtres avaient des volets en or encastrés de rubis et de préscieux diamants.
Chaque rideau était fait de soie rare et pure.
Alors que l'allais escalader la colline, des Anges criérent :" Ouvrez les fenêtres et tirez les rideaux! Quittez vos chambres ! Voici un malheureux homme; peut être avez vous avec vous un dépôt qui lui appartient qui pourrait l'aider dans son infortune."

Plein d'enfants aux visages aussi brillants que la 14éme lune regardérent par les fenêtres.

J'étais vraiment désespéré car le serpent était vraiment trés proche de moi maintenant..

Les enfants s'applérent tous: "Venez vite! car le serpent est trés proche de lui !"
Alors plein d'enfants sortirent en grande armée et au milieu d'eux je reconnu ma propre petite fille qui était morte il y a quelque temps de cela. Elle aussi me reconnut et commença à pleurer en s'exclamant: "

Par Allah ! C'est mon propre pére !" Elle sauta sur un berceau tanguant, qui semblait être fait de lumiére Divine et s'élanca vers moi.

En un instant elle était debout prés de moi et je la pris dans mes bras. Elle leva sa main gauche vers moi, et de la main droite renvoya le serpent. Le serpent s'enfuit au loin.

Puis elle me donna un siége et s'assit sur ma cuisse. Elle commença à carresser ma barbe avec sa main droite en me disant: "Mon chér papa," Le temps n'est il pas venu pour les croyants (qui s'adonnent aux péchés) de sommettre leur coeur en toute humilité pour se rappeler d'Allah et pour la vérité qui est révélé ?" (sourate Le Fer, verset 16)".

J'étais encore secoué de larmes et lui demandai: "Ma fille connaissez vous tous le Qour'aan ?" Elle répondit: "Nous comprenons le Qour'aan mieux que vous"

Je lui demandais :" Mon chér enfant qui était ce serpent ?" Elle dit: " C'était tes mauvaises actions qui l'ont rendu si mauvais qu'il allait te jeter en enfer." Je demandais: " Et qui était ce vieil homme vêtu de blanc ?"

Elle dit: "C'était tes bonnes actions mais tu en as fait si peu qu'il était trop faible pour t'aider contre ce serpent. Ainsi il n'a pu que t'indiquer des moyens de te sauver toi même."

Je demandai : " Que faites vous donc tous sur cette colline ?" Elle répondit : "Nous sommes les enfants des musulmans qui avons décédé dans l'enfance. Nous vivrons là jusqu'au jour du jugement attendant d'être réunis avec vous quand vous viendrez à nous à la fin et nous intercéderons pour vous auprés de notre Seigneur."

Puis, je me réveillé de mon rêve, avec la peur du serpent toujours pesante sur mon coeur. Je me tournai alors cers Allah en repentir et j'abandonnai mes mauvaises habitudes.

source:

Al Maqdissi, l'élève d'Ibn Al Jawzi dans son livre "Ettawwâbine".
Abû Yahyâ Mâlik Ibn Dinâr, avait vécu à Basora (Al-Basrah). mort en 130 A.H., est un un Imâm connu, après son repentir, pour sa piété, son abstinence, sa gnose, et son renconcement aux ornements de l'ici-bas.

salem alekom :wink:
Avatar de l’utilisateur
Dûne
 
Messages: 1381
Inscription: 26 Juin 2006, 19:35
Localisation: mars

Messagepar hawa » 20 Nov 2006, 19:52

merci messager pour cette belle histoire qui finie bien,comme quoi ma ydoum 9ir essah dans cette vie...
hawa
 
Messages: 385
Inscription: 11 Nov 2006, 12:37

Messagepar Jack Burton » 21 Nov 2006, 01:21

J'ai acheté une belle esclave et avec elle j'ai eu un enfant.

J'ai beaucoup aimé ce passage.
Moralité de l'histoire :
Il est plus grave de boire du vin que d'acheter des esclaves.
Avatar de l’utilisateur
Jack Burton
Super Moderateur
 
Messages: 3277
Inscription: 12 Nov 2006, 14:19
Localisation: 3nd el Kahwaji !

Messagepar doc54 » 21 Nov 2006, 02:34

mdr mdr mdr ouallah ya jack burton inssou el hadja ouakila aller je te paye un coup 3nd el kahwadji taa el houma
bonne nuit ya khou et zourna de temps en temps
doc54
 
Messages: 2007
Inscription: 06 Juin 2006, 14:51

Messagepar Dûne » 25 Nov 2006, 12:44

salem alekom. :wink:

Tout près du Temen, dans la ville de Darvan, vivait un homme plein de
générosité, de bonté, de maturité et de raison. Sa demeure était le
rendez-vous des démunis, des pauvres et des mélancoliques. Il avait
pour coutume de leur distribuer le dixième de ses récoltes.

Quand le blé devenait farine et qu'on en faisait du pain, il en
distribuait un dixième. Quelle que soit la nature de sa récolte, il
faisait ainsi, quatre fois l'an, semblable distribution. Un jour, il
donna ces conseils à ses enfants:

"Lorsque je serai mort, perpétuez cette tradition afin que la baraka
soit sur votre récolte. Le fruit d'une récolte provient de l'inconnu
car c'est Dieu qui nous le fournit. Si vous disposez convenablement
de Ses largesses, la porte du profit s'ouvrira pour vous. Ainsi font
les paysans qui sèment sans plus attendre une partie de leur récolte.
Il peut arriver que ce qui est semé soit plus important en quantité
que le reliquat. Qu'importe! Ils ont confiance! De même, le
cordonnier se prive de tout pour acheter des peaux, car c'est là la
source de son revenu. Mais la terre ou le cuir ne sont en faits que
des voiles. Et la véritable source de gain, c'est ce que Dieu nous
offre. Si vous restituez vos gains à la source, vous récupérez votre
mise au centuple. Imaginez que vous ayez placé vos gains à l'endroit
ou vous supposez que se trouve leur source et que rien ne pousse
pendant deux ou trois ans. Il ne vous reste plus qu'à implorer Dieu.

"N'oubliez pas: c'est Lui qui nous procure joie et ivresse, pas le
vin ni le haschisch. Aucune aide véritable ne nous viendra de vos
oncles, de vos frères, de votre père ou de vos enfants. Sachez-le: un
jour viendra ou ils s'éloigneront de vous et vos amis deviendront vos
ennemis. Pendant toute votre vie, ils n'auront fait que barrer votre
chemin ainsi que des idoles.

"Si un ami s'éloigne de toi avec rancune, jalousie ou colère, ne t'en
attriste pas. Bien au contraire, fais des aumônes et rends grâce à
Dieu car c'est par ignorance que tu étais attaché à cet ami. Mais
maintenant, tu t'es dégagé de ses filets. Cherche donc un véritable
ami. Le véritable ami est celui dont l'amitié ne se laisse refroidir
par rien, même pas la mort.

"N'oubliez pas ceci: semez votre graine sur la terre de Dieu afin que
votre récolte soit à l'abri des voleurs et des calamités. A tout
moment, le diable nous menace de pauvreté. Ne lui servons pas de
gibier. Au contraire, donnons-lui la chasse car il n'est pas digne
que le faucon du sultan soit pris en chasse par une perdrix."

Mais ce sage semait la graine de la sagesse sur un terrain
aride.(...) C'est ainsi que hypnotisés par l'idée de sacrifier un
dixième de leurs gains, bien des hommes oublient la baraka qu'ils
obtiendraient en agissant ainsi.

Extrait du livre "Le Mesnevi" Par Djalal al-Din Rumi (l207-1273)


D'après Abu Dhar, le Messager de Dieu (que Dieu le bénisse et le salue) a dit : "Bienheureux est certes, celui qui a purifié son coeur par la foi, qui a rendu son coeur sain, sa langue sincère, son âme apaisée, sa conduite droite, son oreille audiente et son oeil voyant. Ainsi l'oreille écoute et l'oeil se réjouit de ce que le coeur comprend. Bienheureux, alors, est celui qui a rendu son coeur conscient" (Rapporté par Ahmed et Al-Bayhaqi).

:wink:
Avatar de l’utilisateur
Dûne
 
Messages: 1381
Inscription: 26 Juin 2006, 19:35
Localisation: mars

Messagepar Agitateur » 25 Nov 2006, 12:52

Barak Allah Fiik
Avatar de l’utilisateur
Agitateur
 
Messages: 6752
Inscription: 16 Mai 2006, 14:52
Localisation: au Fond de Votre Coeur j'espere

Messagepar Dûne » 25 Nov 2006, 13:01

Agitateur a écrit:Barak Allah Fiik


wa fieka baraka allah :wink:
Avatar de l’utilisateur
Dûne
 
Messages: 1381
Inscription: 26 Juin 2006, 19:35
Localisation: mars

Messagepar dzprincesse » 25 Nov 2006, 13:24

walaikoume assalammmmmmmmmmmm :wink:

très belle histoire pleine de beauté et de sagesse..merci :wink:
Avatar de l’utilisateur
dzprincesse
 
Messages: 3187
Inscription: 21 Mai 2006, 02:47

Messagepar Dûne » 18 Déc 2006, 19:23

salem alekom. :wink:


Deux loups intérieurs


Un homme âgé dit à son petit-fils, venu le voir très en colère contre un ami qui s'était montré injuste envers lui :

" Laisse-moi te raconter une histoire...Il m'arrive aussi, parfois, de ressentir de la haine contre ceux qui se conduisent mal et n'en éprouvent aucun regret. Mais la haine t'épuise, et ne blesse pas ton ennemi. C'est comme avaler du poison et désirer que ton ennemi en meure. J'ai souvent combattu ces sentiments "

Il continua :

" C'est comme si j'avais deux loups à l'intérieur de moi; le premier est bon et ne me fait aucun tort. Il vit en harmonie avec tout ce qui l'entoure et ne s'offense pas lorsqu'il n'y a pas lieu de s'offenser. Il combat uniquement lorsque c'est juste de le faire, et il le fait de manière juste. Mais l'autre loup, ahhhh...! Il est plein de colère. La plus petite chose le précipite dans des accès de rage. Il se bat contre n'importe qui, tout le temps, sans raison. Il n'est pas capable de penser parce que sa colère et sa haine sont immenses. Il est désespérément en colère, et pourtant sa colère ne change rien. Il est parfois si difficile de vivre avec ces deux loups à l'intérieur de moi, parce que tous deux veulent dominer mon esprit."

Le garçon regarda attentivement son grand-père dans les yeux et demanda :


" Lequel des deux loups l'emporte, grand-père ? "

Le grand-père sourit et répondit doucement :

"Celui que je nourris."

D'après Abu Dhar, le Messager de Dieu (que Dieu le bénisse et le salue) a dit : "Bienheureux est certes, celui qui a purifié son coeur par la foi, qui a rendu son coeur sain, sa langue sincère, son âme apaisée, sa conduite droite, son oreille audiente et son oeil voyant. Ainsi l'oreille écoute et l'oeil se réjouit de ce que le coeur comprend. Bienheureux, alors, est celui qui a rendu son coeur conscient" (Rapporté par Ahmed et Al-Bayhaqi).


:wink:
Avatar de l’utilisateur
Dûne
 
Messages: 1381
Inscription: 26 Juin 2006, 19:35
Localisation: mars

PrécédenteSuivante

Retourner vers Religions, Idéologies et Philosophie



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité