l'EMIR ABDEL KADER : le premier des HARKIS !

Guesra à l'algérienne

l'EMIR ABDEL KADER : le premier des HARKIS !

Messagepar zizou » 05 Oct 2007, 09:11

Pourquoi alors Abd el Kader, une fois libéré et invité à Paris par Napoléon III, alla prier à Notre-Dame dans un geste pacifique, reconnaissant que la France avait respecté la culture des autochtones et tout particulièrement l’islam ?

Abd el Kader serait-il un traître pour Mr Bouteflika comme tous les Algériens qui se sont enrolés dès 1830 dans l'armée coloniale pour pacifié l'Algérie et favorisé la colonisation de ce territoire par la FRANCE ?

Aussi, le père du nationalisme Algérien, Ferhat Abbas, reconnaissait que l’identité Algérienne ne fut qu’un mythe, car jamais l’Algérie n’existât en tant qu’entité étatique spécifique. En 1936, il exprima : « Je ne mourrai pas pour la patrie algérienne, parce que cette patrie n’existe pas. Je ne l’ai pas découverte. J’ai interrogé les vivants et les morts. J’ai visité les cimetières. Personnes ne m’en a parlé. »
zizou
 
Messages: 481
Inscription: 29 Mar 2006, 13:52

Messagepar zizou » 05 Oct 2007, 09:47

La FRANCE et l'Emir Abd el Kader arrivèrent à un traité sur les trois dispositions suivantes du traité :

1. Soumission des Arabes à la France ;
2. Liberté du commerce pleine et entière ;
3. Remise immédiate des prisonniers.

Ce traité fut signé le 24 février 1834. Abd-el-Kader,


Abd-el-Kader était appelé, l'" Ami des Français ", par les Européens . En Algérie, depuis quelques années, la figure du héros national s'est enrichie et les Algériens, grâce à toute une littérature de propagande découvrent Abd-el-Kader comme un résistant de la première heure alors que l'on peut considérer aujourd'hui comme le premier des Harkis.


Il consacre le reste de sa vie à des œuvres de bienfaisances, à l'étude des textes scientifiques et sacrés et à la méditation jusqu'à sa mort à Damas. Ses cendres furent récupérées en 1965 et se trouvent aujourd'hui au cimetière d'El-Alia à Alger. Ce transfert des cendres a Alger a été discuté, car Abd el-Kader avait clairement souhaité être inhumé a Damas auprès de son maître Ibn Arabi.

C'est une nouvelle fois tué Abd el Kader ne ne pas avoir respecté sa dernière volonté surtout pour dse besoins de propagande.
zizou
 
Messages: 481
Inscription: 29 Mar 2006, 13:52

Messagepar Nassimux » 05 Oct 2007, 09:54

L'Emir Abd El Kader était et reste un grand homme et ce n'est pas des gens qui n'ont aucun niveau intellictuel ni culturel qui vont blasphamé son image.
C'est un Personne héroique
Avatar de l’utilisateur
Nassimux
 
Messages: 654
Inscription: 13 Aoû 2007, 14:24
Localisation: Alger

Messagepar zizou » 05 Oct 2007, 09:56

Tu crois ce qu'on t'a dit de penser !

voilà la différence entre toi et moi, moi je replace les choses à leur juste valeur !
zizou
 
Messages: 481
Inscription: 29 Mar 2006, 13:52

Messagepar Nassimux » 05 Oct 2007, 10:34

Pourquoi qu'est ce que t'es pour mettre les choses à leur place?
Avatar de l’utilisateur
Nassimux
 
Messages: 654
Inscription: 13 Aoû 2007, 14:24
Localisation: Alger

Messagepar ribouh-elfinteur » 05 Oct 2007, 10:39

N'est pas Ben M'Hidi qui veut?
Digne et courageux devant l'ennemi ; même ses tortionnaires assassins parlent de lui avec respect jusqu'à aujourd'hui.
ribouh-elfinteur
 
Messages: 275
Inscription: 25 Aoû 2007, 10:15
Localisation: France

Messagepar Djazz » 05 Oct 2007, 12:16

L'Emir Adelkader n'a jamais été et ne sera jamais un harki.
Un harki a été, est et sera toujours un harki.
Avatar de l’utilisateur
Djazz
Super Moderateur
 
Messages: 12717
Inscription: 09 Mai 2007, 19:32
Localisation: ActuLand

Messagepar zizou » 05 Oct 2007, 13:02

Argumentez un peu appuyez vous sur des faits historiques arrêtez de réciter la récitation du FLN par coeur !

Car là vous êtes ridicule !
zizou
 
Messages: 481
Inscription: 29 Mar 2006, 13:52

Messagepar Nassimux » 05 Oct 2007, 13:06

zizou a écrit:Argumentez un peu appuyez vous sur des faits historiques arrêtez de réciter la récitation du FLN par coeur !

Car là vous êtes ridicule !


Apporte des preuves irréfutables et on verra
Avatar de l’utilisateur
Nassimux
 
Messages: 654
Inscription: 13 Aoû 2007, 14:24
Localisation: Alger

Messagepar mirindou » 05 Oct 2007, 13:18

- un traité de paix entre deux état, (la France et l’état de l’emir abdekader) c’est pas trois lignes.
- on n’interprète jamais a notre guise ce que font les gens, et surtout les morts, allé faire la prière a notre dame, ne veut pas dire prier la France, mais prier dieu et le remercie dans un lieu saint …pour le musulmans et croyons.

Voici comment décrit Bugeaud, gouverneur général d’Algérie l’émir Abdelkader au lendemain de sa rencontre, dans une lettre envoyée au comte Molé, président du Conseil : « Il est pâle, dit-il, et ressemble assez au portrait qu’on a souvent donné de Jésus Christ » (Paul Azan, l’Emir Abdelkader, Paris 1925). Il faut dire que Bugeaud a décelé quelque chose de grand et d’exceptionnel chez l’émir.

voila sa vie :

Abdelkader, b. Muhyi-din al-Hassani, né en 1808 à la Guetna de l’oued al-Hammân à l’ouest de Mascara, appartenait à une famille de double noblesse, puisque ses aïeux dirigeaient la confrérie Kadiriyya et descendaient d’une origine chérifienne. Il a reçu dès son jeune âge une éducation religieuse solide. Très vite, le jeune Abdelkader devient un soldat de l’Islam pour défendre sa patrie et essayer de créer un Etat indépendant.
Si ce dessein politique a échoué pour diverses raisons ; son parcours spirituel d’homme de la voie, par-contre, a bel et bien réussi et lui a valu d’être consacré aujourd’hui comme le vrai fondateur de l’Algérie. Pour plus de commodité, il est judicieux de partager la vie de ce grand homme en trois périodes :

• En 1832, il est proclamé « Sultan des Arabes » par quelques tribus de l’Oranie en s’imposant sur les milices de l’ancien bey turc, et en menant la guerre contre les Français pendant quinze ans. Ces hauts faits lui ont permis d’étendre son autorité sur les provinces d’Oran, d’Alger, du Titteri et même dans le constantinois. L’ébauche de cet Etat islamique avec des dirigeants issus de l’aristocratie religieuse a suscité quelques méfiances des Jawada militaires et quelques tribus kabyles. Abdelkader a réformé son jeune Etat par la création d’une armée de 10000 soldats, rétribuée par la dîme canonique (zakât). Mais, vu l’infériorité numérique de son armée, Abdelkader ne pouvait gagner la guerre, alors il s’est réfugié au Maroc où il a entraîné le sultan Moulay Abderrahmân dans la guerre contre les Français. Mais le sultan se ravisa après les bombardements de Tanger et la défaite de l’armée marocaine à la bataille d’Isly en 1844 ; et il a retiré son soutien à son protégé, et celui-ci de se rendre en 1847.

• La deuxième période de la vie de l’émir la passe emprisonné en France cinq années, après le manquement aux promesses qui lui ont été faites par le gouvernement de Guizot puis ceux de la II e République, de le transporter avec les siens à Alexandrie. Mais beaucoup de français lui ont témoigné amitié et respect, et en tête de ceux-là le prince-président Louis-Napoléon, qui en 1852 vint lui-même lui annoncer sa liberté pour s’établir à Brousse en Turquie.

• La troisième et dernière période de sa vie, l’émir la passe dans le Proche-Orient, c’est-à-dire de 1852 à 1883. C’est sous le magistère d’Ibn Arabi que s’ouvre et se ferme cette dernière phase au prés du Sheikh al-Akbar. C’est cette période d’exil qui est la plus riche mais, paradoxalement elle n’a pas intéressé suffisamment les historiens. Nous découvrons un homme magnanime, voué à l’étude et la dévotion qui sait parler le langage des cœurs comme il a su manier les armes auparavant. Ce n’est certainement pas une vocation tardive, ni une reconversion d’un héros des champs de bataille. Depuis tout jeune, l’émir s’adonnait régulièrement à la prière, l’étude et l’oraison.

Il quitte Brousse après un tremblement de terre en 1855 en compagnie de sa suite composée de 111 personnes pour aller s’installer à Damas.

Installé dans cette ville sainte, il devient petit à petit un maître spirituel et son enseignement fut recueilli par ses disciples. Une partie de cet enseignement fut consigné par écrit sous le titre « Le Livre des Haltes ». La teneur littéraire de cet ouvrage est d’une grande facture. L’émir n’a cessé à travers ce livre de proclamer son rattachement spirituel à l’un des plus grands maîtres de l’histoire humaine, le Sheikh al-Akbar, Ibn Arabi, enterré à Damas. L’émir habita la maison qui fut autrefois celle de son maître et demanda à être inhumé auprès du sheikh al-Akbar.

A Damas, l’émir a pris sous sa protection la communauté des Algériens ; mais aussi la communauté chrétienne et européenne lors des émeutes de juillet 1860. Il leur permit d’échapper aux massacres qui ont eu lieu entre les chrétiens maronites et musulmans druzes. Ces affrontements sont la conséquence de manipulations des deux grandes puissances coloniales de l’époque, la France et l’Angleterre.

En effet, la France manipulait les chrétiens Maronites en leur promettant un Etat indépendant ; tandis que l’Angleterre manipulait de son côté les Druzes pour contrecarrer les ambitions françaises dans la région et réaliser ses desseins mercantiles. L’émir, en tant que musulman, avisé des intrigues des uns et des autres, intervint et a offert sa protection aux chrétiens. Cette attitude, somme toute naturelle de la part d’un fidèle musulman, a eu un écho considérable dans le monde entier, et surtout en Occident. Beaucoup de chefs d’états lui ont témoigné leur reconnaissance. Ainsi, Le Pape le fut décoré de l’ordre de Pie IX et reçut la grand-croix de la légion d’honneur. Il a reçu des centaines de lettres de reconnaissance et d’amitié ; des cadeaux de valeur et il a été décoré plusieurs fois des plus grandes distinctions et grades. Dans son attitude qualifiée de tolérante, l’émir n’a fait qu’obéir aux préceptes coraniques et prophétiques, rien de plus. Les versets et propos prophétiques relatifs à la tolérance sont abondants et l’émir n’a fait que son devoir de simple croyant pour préserver le droit des minorités religieuses en terre d’Islam. Leur existence parmi la communauté musulmane prouve s’il en faut cette tolérance.

La franc-maçonnerie voulant profiter de la situation s’est adjointe au concert de félicitations et remerciements qui fusaient de toute part à l’égard de l’émir. Ainsi le Grand Orient De France (GODF) s’est empressé de demander à deux de ses loges parisiennes : la loge Henri IV et la loge La Sincère Amitié de correspondre avec Abdelkader.

- zizou il faut pas répété comme un ………… ce que te raconte quelque enfants de lâche et venir nous le répété sans même pas l'analyse
Avatar de l’utilisateur
mirindou
 
Messages: 5385
Inscription: 03 Sep 2006, 18:17
Localisation: 3and el djirane

Messagepar zizou » 05 Oct 2007, 13:35

Tu en raconte plus sur ABD el Kader quand il est au LIBAN que quand il se soumet à la FRANCE en ALGERIE : c'est paradoxal !

Tiens sur ce site tu auras les détails dse ALGERIENS qui s'engage avec la FRANCE pour la COLONISATION de l'ALGERIE tu as même dse photos illustrés.

http://wiki.geneanet.org/index.php/L'Ar ... _d'Afrique

Les Zouaves

Dès le mois d'Août 1830 un grand nombre d'Algériens, parmi lesquels dominaient les Kabyles de la confédération de Zouaoua vinrent offrir leurs services à la France. En Octobre furent organisés les premiers bataillons de ces volontaires arabes qui allaient devenir un régiment de zouaves à trois bataillons en 1842.
En fevrier 1852 furent crées les 1er, 2ème et 3ème régiments de Zouaves, avec pour noyau les batailllons existants de l'ancien régiment. Il y eut dès lors un régiment par province (Alger, Oran, Constantine).
Très vite cependant, les effectifs des régiments se recrutent parmi les Français, les éléments arabes choisissant plutôt les tirailleurs. En mars 1855, un régiment des zouaves de la garde est créé, qui deviendra le 4ème régiment en 1870.

Tirailleurs Algériens

L'origine des Tirailleurs ("Turcos") remonte à divers corps irréguliers turcs et arabes formés par les Français dès 1833.
Ce n'est qu'en 1841 que furent constitués les trois premiers bataillons de Tirailleurs indigènes.

Les Spahis

Les Spahis étaient des troupes montées turques en majorité qui servaient de Dey d'Alger.
A la prise de cette ville en 1830 ces troupes se trouvant licenciées, certains éléments se rangèrent sous les ordres du capitaine Yousouf des
Chasseurs algériens.
En 1841, les éléments indigènes furent retirés des Chasseurs d'Afrique pour former le corps des spahis réguliers. On y incorpora également les spahis d'Oran et de Bône, unités auxiliaires formées dès 1838.
A partir de 1845 il y eut trois régiments, un par province.

Chasseurs d'Afrique

En octobre 1830 fut formée une cavalerie indigène, les Chasseurs algériens, commandée par le chef d'escadron Marey-Monge et le capitaine Yousouf, brillant cavalier
Le 17/11/1831 elle fut incorporée dans les deux régiments de Chasseurs d'Afrique crées le même jour à l'aide de chasseurs à cheval provenant des trois escadrons débarqués en 1830 et de volontaires provenant de la cavalerie metropolitaine.
En 1841, il y avait quatre régiments de chasseurs d'Afrique (trois entre 1856 et 1867).

Légion Étrangère

Le 9 mars 1831, Louis-Philippe créait par ordonnance, une Légion Étrangère (volontaires Etrangers) destinée à être employée hors du territoire continental du Royaume. Elle sera basée à Sidi-Bel-Abbès en Algérie
Cette première Légion, composée initialement des hommes de la Légion de Hohenloe et des régiments suisses de la Restauration, fut cédée à l'Espagne en 1835.
En janvier 1837, une nouvelle Légion Étrangère fut reconstituée. Elle était forte de 2 régiments en 1840
Elle se distinguera dans toutes les campagnes Outre-Mer et gagnera pendant la campagne du Mexique, au combat de Camerone le 30 avril 1863, sa réputation justifiée de troupe sacrifiée, recours ultime des situations désespérées.


Compagnies Sahariennes

En application de la loi du 30 mars 1902, il fut créé en Afrique du Nord à l'Instigation du Commandant Laperrine 5 compagnies sahariennes commandées par des officiers des Affaires indigènes et relevant de la Direction de l'Infanterie - avec siège à Adrar.

Le recrutement s'opéra au sein de la grande tribu des Chaamba, adversaires séculaires des Touareg. Les méharistes indigènes, engagés pour deux ans, subviennent eux-mêmes à la fournitue et à l'entretien de leur monture, équipements et nourriture

Une poignée de nomades, commandée par des officiers d'élite, acquis à la magie du désert, vous assurer le contrôle d'immensités jusqu'alors inviolés.
Ces unités très mobiles assurent la paix au Sahara. Elles permettent également de faciliter les rencontres entre Français et autochtones. Des œuvres de santé, d'enseignement sont rendues possibles.

http://wiki.geneanet.org/index.php/L'Ar ... _d'Afrique
zizou
 
Messages: 481
Inscription: 29 Mar 2006, 13:52

Messagepar zizou » 05 Oct 2007, 13:36

zizou
 
Messages: 481
Inscription: 29 Mar 2006, 13:52

Messagepar mirindou » 05 Oct 2007, 14:05

Je ne vais pas jouer a l’ajout et a la suppression a wikipidia avec toi
C’est de la désinformation que tu donne, d’un site forum ou les gens ecrive ce qu’ils veulent comme tu écrit ici…….sa prouve le gros manque que tu doit rattrapé dans beaucoup de domaine
Et je le redit :
Les Zouafs c’est des kota3 etourek, des mercenaire et voleurs et coupeurs de route. Recruté par la France.
Les Spahis, c’est quelque trace qui sont resté de l’armé de protection du dey d’origine turc. Ils n’avaient pas de famille en Algérie
Avatar de l’utilisateur
mirindou
 
Messages: 5385
Inscription: 03 Sep 2006, 18:17
Localisation: 3and el djirane

Messagepar zizou » 05 Oct 2007, 14:09

oui c'est ça les spahis des EUNUQUES !


tu es ridicule car tout le monde c'est taper de soit même GOOGLE : zouaves , spahis tirailleurs alégriens de 1830 ...etc


et c'est bizarre je ne trouve aucun site qui donne tes infos !

il y auarit aussi un complot de GOOGLE ?
zizou
 
Messages: 481
Inscription: 29 Mar 2006, 13:52

Messagepar Nassimux » 05 Oct 2007, 14:12

le net n'a jamais été une source fiable, je veux un livre régit par les lois de publications avec un ISBN
Avatar de l’utilisateur
Nassimux
 
Messages: 654
Inscription: 13 Aoû 2007, 14:24
Localisation: Alger

Suivante

Retourner vers El Kheyma



Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités